Bienvenue à la Maegisteria !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   18.06.15 20:17

La rudesse de l'éclat du soleil avait laissé sa place à la chaleureuse lumière de la lune. Belle et pleine de magie cette dernière volait loin au dessus des nuages pour transmettre son éclat au monde des Hommes. Dans les bâtiments de la Maegisteria on n'entendait même pas une mouche voler, les lieux étaient aussi calme et vide qu'un tombeau, enfin presque. Un bruit métallique régulier qui se répercutait contre les murs sombre d'un couloir battait la mesure de la musique nocturne uniquement composé d'un silence pesant pour les uns, réconfortant pour d'autres. Plus l'étrange métronome progressait dans le couloir plus le bruit rauque d'une respiration forcée se faisait entendre, gâchant le concert nocturne de l'astre lunaire. La haute silhouette se détachait à peine dans la pénombre, le corps en mouvement étant recouvert d'une épaisse cape de cuir déchirée à ses extrémités. Au milieu du couloir elle s'arrêta devant une porte laissant supposer qu'il était arrivé au bout de son chemin de croix.

L'homme, enfin ce qui semblait être un homme, ne faisait pas tâche dans le décor, ce devait être le seul lieu de l'établissement encore remplis de vie aussi diverse que variée. Un filet de lumière de jaunâtre dépassait en dessous de la porte et une odeur très forte irradiait l'entrée de la chambre. Après tout n'est pas un nain qui veut.  Plissant les yeux sur la plaque dorée clouée à hauteur d'homme on pouvait y lire une inscription à la lumière de la lune, « Maître des potions ».  Poussant un râle léger mais profond de contentement il ferma les yeux en espérant qu'il n'ait pas traverser la moitié de l'école pour rien. Il leva son bras droit et frappa de trois coups puissants le faible battant de chêne le séparant du royaume de son homologue. Ça ne l'enchantait pas de venir déranger le professeur à une heure aussi tardive de la nuit mais là il n'avait pas vraiment le choix. Depuis le dernier cours de sortilèges la douleur était devenu insupportable, presque inhumaine.

La longue marche jusqu'à l'école, la chute en salle des professeurs quelques heures auparavant et enfin l'usure générale de la chose l'avait tout doucement mené à cet endroit précis, et pour ce genre de problème un seul type de personnage pouvait l'aider, un Nain. Se détendant un peu le mage attendait patiemment devant la porte et ne fut pas déçu lorsqu'il entendit des bruit de mouvement à l'intérieur de la pièce. On l'avait déjà prévenu du caractère spécial de son futur interlocuteur mais vu ce qu'il lui ramenait il était certain qu'il ne ferait pas d'histoire à cause de cet épisode nocturne. Avec une violence et une vivacité digne des plus grands combattant de ce monde la porte s'ouvrit en grand pour laisser apparaître le professeur de potion, Volstein Von Stern. Petit, chauve, longue barbe hirsute et  crasseuse, il était bien à la bonne adresse. Avant qu'il commence à râler Sylvan prit la parole en premier.

« Guten Abend herr Von Stern je suis Sylvan Karov, votre nouveau collègue. Désolé de vous déranger à une heure si tardive mais je requiers votre assistance pour un problème que seule votre personne peut arranger. »

Inonder de lumière on remarquait à présent que Karov était blanc comme un linge. D'un geste il écarta sa cape pour montrer sa jambe gauche au nain. A partir du milieu de la cuisse elle était remplacé par une prothèse confectionnée à partir d'un métal blanc qui brillait de mille feu à à la lumière. Les plaques étaient disposées pareilles à des écailles pour maintenir la mobilité de toutes les articulations et assurer une résistance et une souplesse sans pareil. Aux yeux d'un être lambda le métal semblait tout ordinaire mais le regard expert d'un nain ne s'y tromperait pas, les écailles de Mythril avait été fabriquée avec la plus grande adresse. La conception de cette jambe devait avoir plus d'une vingtaine d'années mais le métal n'avait rien perdu de son éclat, de sa beauté ou même de son incroyable fumet si caractéristique.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volstein Von Stern

avatar

Age : 65
Messages : 17

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Mage

MessageSujet: Re: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   20.06.15 13:32

Un subtil frémissement parcourut le magma noirâtre qui stagnait au fond de l’athanor. Avec un frisson nettement moins subtil, Volstein Von Stern déboucha un nouveau flacon d’eau-de-cendre et l’approcha au-dessus du récipient. Un observateur attentif aurait remarqué qu’il mettait moins de précaution et plus d’agacement dans ses gestes que lors des cinq premières tentatives. Un observateur plus attentif aurait discerné, dans les éclaboussures et brûlures coagulées qui maculaient le sol du laboratoire, la raison de cette attitude, quoiqu’un observateur encore plus attentif et avisé lui aurait déconseillé d’observer l’alchimiste de si près en un instant pareil. Plissés dans une concentration rageuse, les yeux du nain guettaient le moindre changement de sa préparation magique. Au bord de son flacon, une goutte perlée tremblotait, dans un équilibre précaire que seuls le pouce et l’index de l’alchimiste maintenait. La tension hérissait chacun de ses poils. La goutte ne devait choir dans l’athanor qu’au moment précis où les premières bulles apparaitraient, sous peine de mettre en péril le succès de l’expérience et la propreté du labora…

*TOC TOC TOC*

Le flacon alla s'écraser dans la bouillie charbonneuse, bientôt suivi par les touffes de poils de barbe que le nain s'arrachait. Il tourna son cou ébouriffé de rage vers l'entrée du laboratoire, d'où trois coup sonores venaient de retentir. C'était la goutte qui faisait déborder le vase - et accessoirement, l'athanor. Ayant jeté un seau d'eau sous le récipient pour éteindre le feu et laver grossièrement les dégâts, Volstein Von Stern traina sa démarche de baobab courroucé jusqu'à la porte et l'ouvrit d'un coup de coude. Le fâcheux qui venait déranger le Bougre dans son antre allait recevoir une réponse qu'il n'était pas près de...

« Guten Abend, herr Von Stern, je suis Sylvan Karov, votre nouveau collègue. Désolé de vous déranger à une heure si tardive mais je requiers votre assistance pour un problème que seule votre personne peut arranger. »

Les insultes de Volstein moururent dans sa barbe. On ne l'avait pas appelé "herr Von Stern" depuis au moins une quinzaine d'année, et il croyait même reconnaitre léger reste d'accent bavarois. Cela lui rappelait l'époque où on le considérait encore comme quelqu'un de respectueux. La carrure de l'homme qui se tenait devant lui suffisait d'ailleurs à imposer le respect : c'était celle d'un guerrier, ou du moins de quelqu'un qui avait voué une bonne partie de sa vie au combat. Une sacrée tronche de baroudeur, rendue un peu moins impressionnante par la pâleur de son teint et les gouttes de sueur qui perlaient sur son front. Le gaillard avait l'air mal en point. Il y eut un mouvement de tissus et, avant que Volstein ait pu articuler un mot, un éclat aveuglant agressa ses pupilles. Il se pencha - pas beaucoup, stature nanesque oblige - sur la jambe de son interlocuteur, dont la texture miroitante ne prêtait guère à confusion.

Si les mots du gaillard avaient éveillé des souvenirs, ce n'était rien par rapport au parfum argenté qui vint inonder ses narines nostalgiques. Il lui arrivait encore de travailler sur de petites portions de mythril, mais l’ouvrage d’ingénierie qu’il avait sous les yeux lui rappelait l’époque où sa carrière ne tournait qu’autour de ce métal enchanté. Il perdit plusieurs secondes à observer la prothèse avant de se rappeler qu’il y avait, à l’autre bout, un humain venu solliciter son aide.

« ’Trez. Chvais avoir besoin de plus de lumière. ’Dites que vous êtes ? »

L’homme le suivit d’un pas mal assuré, bousculant par inadvertance des piles d’ustensiles amoncelées ça et là dans le laboratoire (Volstein Von Stern pratiquait la technique de rangement dite « du goulag », qui consistait à concentrer le désordre dans un seul endroit de la pièce, prévu à cet effet. En l’occurrence, le sol).

« ‘Cheyez-vous… » Il lança un regard circulaire sur les rares sièges de la pièce, tous encombrés de boites et d’alambics, et tira finalement à lui celui qui faisait face à l’athanor, y jetant une serviette au passage pour masquer les éclaboussures qui le maculaient. « …Ici. Et montrez-moi ça. ’Chqui vous arrive exactement ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   22.06.15 21:00

Le nain avait ouvert la porte, d'abord surpris et ensuite dans un état que l'on pourrait qualifier comme de l'excitation, même si cette dernière est on ne peut plus difficile à discerner chez un nain. Il avait des étoiles dans les yeux lorsqu'il avait vu la prothèse et avait invité le professeur fatigué à entrer sans plus de cérémonie. La moitié de ses mots étaient avalés par sa barbe et c'était assez difficile de le comprendre, et de s'y retrouver. La pièce était rempli de bazar, je ne pense pas qu'il y ait un autre mot pour définir le souk qui était présent. Il acceuillit avec plaisir le fait de s'asseoir et se moquait particulièrement de sur quoi il le faisait. Apparemment le rangement et la discipline n'était pas un don inné chez toutes les personnes qui avait un emploi de professeur. Il étends sa jambe gauche tout en écartant le tissu pour que le nain puisse la voir de plus près même si il doute qu'il puisse véritablement l'aider, pourtant c'est le seul à pouvoir.

« Et bien le mécanisme est complètement bloqué et personne n'a les compétences nécessaire pour pouvoir me faire le plaisir de le déridé. J’espérais que les qualités inhérentes à la race naine puisse régler le problème »

Doucement le professeur passa sa main sur le long de la prothèse et les écailles s'écartèrent comme par magie si je peux m'exprimer ainsi. Ouverte sur tout le coté extérieure la prothèse intérieure était essentiellement composé de titane. Les deux articulations principales étaient quant à elle en acier et cuivre, beaucoup malléable et moins lourd, afin d'éviter que les pièces ne s'usent trop rapidement. En vérité à part son sarcophage de Mythril la jambe n'avait rien de génial bien au contraire. C'était un travail rustique fait à la va vite, seule chose particulière la colonne principale était directement fiché dans le fémur la plaie ayant cicatrisé autour de la prothèse laissant penser à une intervention chirurgicale sur le vif et dans le vif également. Rien que d'y penser Sylvan entendait encore la perceuse vibrer dans sa cuisse gauche.

Émergeant de ses rêveries il regarde le nain farfouiller dans ses affaires à la recherche d'un quelconque ustensile et son regard se projeta sur le chaudron. Chose très rare même l’extérieur était culotté à force de déborder ce qui n'engageait rien de bon, finalement ce n'était peut être pas une bonne idée de venir voir ce Von Stern, d'un certain point de vue il lui rappelait cet autre nain qui venait souvent à la maison.  Comment s'appelait il déjà ? Il n'avait jamais eu la mémoire des noms malheureusement. Posant sa main sur son front pour l'aider à réfléchir l'homme ne faisait même plus attention au nain et à son vacarme environnant jusqu'à ce qu'il se réveille, comme électrifié.

« C'est curieux vous me faites penser à un nain qui venait régulièrement chez mes parents quand j'étais petit. Mes parents étaient marchant et il négociait une partie de son métal avec eux. Baltus...Birkranen...Baltichard... enfin un nom dans ces eaux là. »

Voyant l'absence de réponse du nain le mage n'insiste pas et laisse la place libre jusqu'à sa jambe espérant qu'un nain puisse encore une fois le rafistoler.

« C'est grave herr Doctor ? »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volstein Von Stern

avatar

Age : 65
Messages : 17

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Mage

MessageSujet: Re: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   23.06.15 23:11

« Et bien le mécanisme est complètement bloqué et personne n'a les compétences nécessaire pour pouvoir me faire le plaisir de le déridé. J’espérais que les qualités inhérentes à la race naine puisse régler le problème »

Volstein Von Stern laissa l’homme défaire la gaine de sa prothèse et se pencha sur le trésor d’ingénierie qu’elle dissimulait. Il ne put s’empêcher de ressentir une pointe de déception en voyant que, malgré son joli coffre, le « trésor » était maigre. « Butin » n’aurait même pas été le mot juste ; trois pièces de cuivres dans une tirelire de mythril, tout au plus. Le nain parcourut attentivement le réseau de pistons et de coulisses qui harmonisaient l’ensemble : pas de vis déplacée ni d’axe tordu, le problème devait se situer dans les articulations. Mais pas question d’y aller à l’aveuglette, sans les outils nécessaires : il avait vu d’anciens camarades perdre des doigts sur ce genre d’imprudence. Il en riait encore – eux, moins.

« B’gez pas. Chreviens.»

Tige-miroir, clé de deux, pincette, tournevis, patte-de-mouche… Malgré sa longue inactivité dans le domaine mécanique, les vieux réflexes lui revenaient. Il monta sur l’escabeau prévu à cet effet et commença à fouiller dans les étagères. Si le laboratoire de Volstein arborait presque fièrement son désordre apparent, l’ordre, honteux et modeste, allait se cacher dans les recoins les moins visibles, dont les tiroirs et les placards ; cette logique désarçonnante, mais foncièrement nanesque, permit à l’alchimiste de retrouver rapidement ses outils et de se mettre à l’ouvrage. Au-dessus de lui, son collègue semblait plongé dans une intense réflexion, et ne prêtait plus attention au nain qui fourrageait dans sa jambe. Drôle de bonhomme. Comment avait-il dit s’appeler, déjà ?
Volstein se désintéressa vite de la question pour plonger son regard dans le mécanisme métallique. Il avait été un peu sévère lors de sa première appréciation : l’ensemble n’avait certes rien des prothèses de luxe qu’il lui avait été donné de voir (celles-là, disait-on, des gens se faisaient couper des membres pourtant sains juste pour les porter), mais l’ouvrage était sérieux. Aucune finition, un ensemble d’une rigueur et d’une froideur militaire, visiblement pensé pour durer.
L’examen des articulations n’ayant rien donné, il alla inspecter le point de jonction entre la prothèse et le reste du corps. Malgré son cynisme latent, la découverte qu’il fit manqua de lui faire lâcher ses outils.

« …mit ‘nem Bohrer… la vache… »

Il se demanda en quelles circonstances cet homme avait perdu – puis retrouvé - une jambe, et grimaça sous sa barbe. Même s’il ne parvenait pas à arranger les choses, le gaillard ne pourrait pas souffrir plus qu’il n’avait déjà souffert. Il fut surpris dans ses pensées par la voix du gaillard en question, et cru l’espace d’un instant que ce dernier l’avait entendu grommeler dans sa barbe. Mais non, il parlait de toute autre chose. Mais d’une chose pourtant peu dépourvue d’intérêt :

« C'est curieux vous me faites penser à un nain qui venait régulièrement chez mes parents quand j'étais petit. Mes parents étaient marchant et il négociait une partie de son métal avec eux. Baltus...Birkranen...Baltichard... enfin un nom dans ces eaux là. »

Les poils de Volstein sursautèrent, au grand dam de leurs multiples habitants. Bikranen… Baltichard… Balthazar ? Décidément, cette soirée était un véritable retour aux sources. D’abord l’accent bavarois, puis la prothèse en mythril, et maintenant…
Tiens, qu’était-ce que cela ?
Il plongea son regard au fond de la jambe. Venait-il de trouver le problème ? Il sonda délicatement l’un des pistons avec sa clé.

« C’est grave herr Doctor ? »

« Chtà voir… ‘Pouvez soulever le bassin pour voir ? »

Le patient s’exécuta. Et toc, ça devait être ça.

« Les rouages qui relient l’arbre principal aux pistons de la cuisse. Y en a un qui tourne à vide. ‘Trop usé, l’entraîne pas les autres. Chbizarre, d’ailleurs, l’reste a l’air d’avoir mieux tenu. »

Volstein Von Stern se releva en faisant craquer son dos. L’ennui, c’était que la prothèse n’était pas neuve, et n’avait visiblement pas été prévue pour être modifiée par la suite. Après quelques minutes de réflexion, il alla décrocher l’athanor suspendu au-dessus du feu, et le remplaça par un récipient propre.

« Chvous avez le temps, chvais vous faire quelque chose qui devrait aider à déloquer ça, au moins temporairement. » Il décida d’en profiter pour assouvir sa curiosité sans en avoir l’air. « Chpuis m’permettre, qui vous a posé ça ? Et à quelle occasion ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   24.06.15 20:13


Concentré était sans doute le mot qui décrivait le mieux le nain, même si après les mots du mage il sursauta ce qui provoqua une douleur aiguë qui, suivant le métal puis l'os, c'était répercuté dans tout le corps du cli...patient. Sylvan avait d'ailleurs rapidement compris que le nain était un amoureux de la vie elle même, le laboratoire mais également son docteur du jour était porteur d'un véritable écosystème indépendant qui vivait en autarcie dans ses longs poils originellement blanc, enfin il supposait qu'à la base ces derniers poussaient blancs. Suite à sa dernière le nain lui demanda de soulever son bassin ce qu'il fit sans hésiter après tout si il faut confier son intégrité physique à un nain autant le faire jusqu'au bout, même si à la réflexion ce n'était pas la choses la plus intelligente qu'il ait faite jusqu'à présent. Surtout que le nain en question était si coquet et parfumé qu'il en ferait rougir de honte une arachnide occidentale. Vous savez ces grosses bêtes poilues qui ont élu domicile dans les forêts du massif centrale et dont le jeu principal est de voir comment un homme se débrouille pour marcher sans ses jambes. Mais nous nous éloignons du sujet.

Le demi-sourire de Sylvan disparu quand il du faire ce petit geste pour permettre au docteur de continuer son auscultation. Si l'Arbre principal était touché cela n'augurait rien de bon car c'était celui ci qui, grâce à ses pistons interne permettait au mage de conserver un semblant de force et de mouvement dans sa cuise. Enfin ce n'était pas le moment de prendre peur, ce nain quoi qu'embaumant délicatement ses narines semblait savoir ce qu'il faisait et au pire il n'avait pas le choix. Malgré la douleur il pris en compte la dernière question de Volstein, chose curieuse c'était le premier à lui poser ce genre d'interrogation, peut être parce que c'était le premier agent extérieur qui voyait sa jambe à part son propre concepteur. Il se posa à nouveau sur la chaise de la manière la plus confortable possible et pris une grande respiration pour commencer à lui expliquer les causes de sa perte, et de son gain, dans la langue de Baumman (Les archives numériques ayant été détruite pendant la grande guerre Goethe est désormais un illustre inconnu...)

« J'ai perdu ma jambe il y a une vingtaine d'année. J'étais parti dans l'est de l'Europe. Vous connaissez également ces pays ou règnent un semblant de loi et une parodie d'état. Enfin... »

Sylvan étouffa une grimace quand il senti une vibration dans le haut de la cuisse et essaya de continuer son histoire en étant le plus intelligible possible.

« J'y avait été car j'avais entendu parlé d'un certain Harold Geschner, un fou dangereux passionné des méthode de combat d'avant le retour de la Magie. Il avait un véritable arsenal et j'ai enfin compris pourquoi il avait été si dur de ramener le calme dans notre monde. J'ai réussi à le mettre hors d'état de nuire mais en quittant le trou dans lequel il avait élu domicile j'ai marché sur une arme antique, une mine. Pas eu le temps de dégainer un quelconque sortilège de protection et ma jambe jusqu'en dessous du genoux était à l'état de charpie. J'ai regagné la ville la plus proche, Budapest, avec le peu de pouvoir qui me restait mais Ulrich à du me couper la jambe plus haut pour éviter toute infection et m'a confectionné cette ….chose. Ce nain m'a probablement sauvé la vie Von Stern... »

Le mécanisme s'engagea tout seul et la jambe se plia au niveau du genoux renversant la totalité du capharnaüm qui peuplait le sol.

« Désolé...Il a du « opérer » en Urgence et dans son immense bonté il a enchâssé la branche principale dans mon fémur pour il faire passer les terminaison nerveuse me permettant de la bouger, posant une gemme dans l'épaule droite et ainsi lié le bras avec la jambe. Méthode archaïque mais efficace jusqu'à il y a quelques temps je n'avais pas à m'en plaindre...Mais qu'est ce que vous faites ? »

A présent il ne voyait plus que le crâne de Volstein qui apparemment était passionné par son bricolage du soir. La jambe de métal repris sa tension normale et seule la respiration du mécano arrivait aux oreilles du mage.

« Vous m'écoutez au moins ? »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volstein Von Stern

avatar

Age : 65
Messages : 17

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Mage

MessageSujet: Re: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   02.09.15 17:04

"Chcusez-moi."

Tandis que son patient poursuivait son récit, Volstein Von Stern avait mélangé quelques essences magiques dans l'athanor. Le cerveau nanesque était naturellement multitâche ; celui de Volstein lui avait ainsi permis de simultanément : surveiller le bon avancement de sa réaction alchimique, grimacer lors du récit de l'amputation de Karov, et tendre par erreur un ressort de la prothèse, provocant la tension soudaine du membre métallique et l'envol  d'une bonne partie des bricoles qui jonchaient le sol.

"Chcomprends mieux l'allure de votre jambe. Chconnais pas votre Ulrich, mais ça doit être un sacré expert. Chmachin est une merveille d'art improvisé, pas étonnant que ça ait tenu aussi longtemps. Chsaurais même pas expliquer comment ça s'est détérioré. Chmagine qu'Ulrich ne devait pas avoir tous les matériaux qu'ils voulait sous la main, et que certaines pièces sont plus fragiles qu'elles auraient dû..."

Un liquide épais, aux reflets de pétrole, clapotait à présent dans l'athanor. Le nain en aspira une partie à l'aide d'une pipette, et en badigeonna abondamment le rouage défectueux. Avec un peu de chance, ses talents d'alchimistes pourraient compenser les piètres compétences de l'ingénieur qu'il n'était pas.

"Chtun produit de mon invention.Une sorte de lubrifiant inversé. Avec ça, le rouage fautif devrait recommencer à entraîner les autres en dépit de son usure. Pfaire simple : c'est pas réparé, mais ça devrait marcher quand même. Pour un temps."

Le nain se redressa avec un craquement de vertèbres qui laissait entendre que son dos aurait bien eut besoin de lubrifiant.

"Dans l'idéal, faudrait remplacer le rouage, mais ce modèle de prothèse n'est pas conçu pour qu'on la modifie. A moins de le faire par magie, je suppose. Mais ça - Balthazard Von Stern aurait pu vous le dire - ça n'est pas mon rayon."

Volstein ouvrit un placard et en sortit un jeroboam de mousseux - à la différence de beaucoup de nain, surtout Allemands, la bière n'avait jamais été sa tasse de... enfin, sa choppe de thé.

"En attendant que mon produit fasse effet, que diriez-vous que nous nous lubrifions autre chose ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   02.09.15 19:51


Le mage n'avait aucune confiance en ce nain bordélique et aussi appliqué dans son art que le dernier apprentis d'une guilde d'ingénieur. Il faisait plusieurs choses à la fois et semblait être aussi intéressé par sa prothèse que par un verre d'eau. Heureusement que Karov ne lui avait pas fait la réflexion car quelques secondes après que le nain lui ai badigeonné la prothèse de cette pâte aussi épaisse qu'une bouillie d'avoine la douleur s'estompa et la remise en route des rouages provoqua un choc électrique dans tout le reste de la cuisse et se propagea dans sa colonne. Il avait néanmoins écouter les explications de son docteur du soir bien que c'était d'une oreille distraite. Après plusieurs heures à respirer de façon superficielle l'allemand profitait d'un énorme bol d'air et commençait à se détendre même si la douleurs réalisait un baroud d'honneur à mesure que le rouage se dégrippait.

Se laissant aller à une béatitude inconnue depuis maintenant plusieurs mois le mage ferma les yeux quelques instants, bercé par les mots du nain qui le tirèrent finalement de son demi-sommeil. Ses yeux fatigué observèrent le nain et surtout sa bouteille de mousseux brandit fièrement à hauteur de sa poitrine, et bien oui c'est un nain ne l'oublions pas. Calmement et sans refermer le coffre fort de mythril qu'était sa jambe le patient se remis sur ses deux pied et fit quelques pas pour faire circuler le produit du nain dans les rouages. De son point de vue le chirurgien pouvait apercevoir les mouvements de tous les rouages ce qui était un spectacle en sois. Rustique certes mais remarquablement pensée car les cylindre et autres bielles se comportaient comme des muscles et les deux articulation étaient remarquable, capable de réaliser des postures impossible pour le commun et il pu le voir en live lorsque le mage amena son pied au devant de son genoux gauche ce qui aurait du provoqué un angle impossible pour une jambe organique. Laissant la puissance de sa voix se réveiller après la douleur le mage qui reprenait des couleurs afficha un sourire discret.

« Mon bon docteur je vous en remercie et votre idée est fameuse ! Buvons ! »

De dessous sa cape il attrapa une flasque légèrement plus grosse qu'à l'accoutumé et la déboucha avec son pouce avant d'en boire une très longue gorgée ce qui lui fit sortir un soupir de soulagement et de contentement avant de tendre la flasque à son ami du soir.

« Excusez maître nain mes bonnes manières sont partie en fumée il me semble. Avant de déguster un verre de votre bouteille que diriez-vous d'une lampée de cette élixir que nombre de dieux nous envieraient ? »

Il lui tendit la fiole à hauteur de la poitrine avec un air plus que sérieux.

« Vous n'allez pas résister à un remarquable alcool de grâce royale vieillit en fût de chêne pendant un demi-siècle dans les meilleures cave de la cité naine d'Ecosse ? »

Sylvan le savait il devait le prendre par les sentiments c'était certain car aucun nain ne pouvait refuser un tel brevage à part s'il avait définitivement renier ses origines.


_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volstein Von Stern

avatar

Age : 65
Messages : 17

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Mage

MessageSujet: Re: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   03.09.15 21:31

Un frisson venu du fond des âges remonta le long des poils de nez de Volstein Von Stern. L'émotion était si ancienne qu'elle dut faire une pause-repas à mi-parcours avant de reprendre son périple et d'atteindre le cerveau de l'alchimiste.

La bouteille qu'il avait sous le nez émettait une aura qui excitait sa nature nanesque primitive.

Une seule, unique, mais mémorable fois, avait-il entraperçu une robe pareille, dans la flasque d'un voyageur échoué au bord d'un bar de Brest, un nain ayant pour barbe un bouquet de dreads-locks et pour vêtement un kilt encrassé par la route. Ce breuvage, lui avait-il conté, n'était brassé que par une dynastie de nains Écossais transmettant de père en fils le secret de son arôme. Il n'était employé que pour les plus grandes occasions, et nombreux lui prêtaient des vertus magiques, voire mystiques. Lors des solstices et des équinoxes, des centaines de nains se rassemblaient dans la lande ; quand tombe le crépuscule, ils escaladaient d'immenses menhir parcourus de runes grâce à la technique naine de l'Ohp-Fenr (en runique : "très-courte-échelle") ; parvenus au sommet de ces monolithes sacrés, ils buvaient ensemble cet alcool jusqu'à -dit la légende- qu'ils ne sachent plus différentier le ciel de la terre ; alors, se débarrassant de leurs vêtements, ils se lancent dans une danse sauvage et effrénée accompagnée de chants traditionnels, aussi sacrés que grivois, et dont l'intensité décroit lentement alors que passe la nuit ; lorsque le jour se lève, le dernier nain à n'être pas tombé de son menhir -s'il y en a un- est considéré comme l'élu des Dieux Anciens, et vénéré toute sa vie en conséquence. Tel était le pouvoir de cet alcool divin.

Il pourrait être bon de préciser que le nain qui avait conté cela à Volstein était lui-même sérieusement imbibé dudit alcool au moment de son récit.

L'alchimiste posa son mousseux sur sa cheminée et saisit la fiole que lui tendait Karov. Un nain ne se renie pas si aisément.

"Chla vôtre !

Il avala deux bonnes gorgées qui éclatèrent comme un feu d'artifice dans son palais. Son vieux mousseux n'était plus qu'un lointain souvenir. Il eut un léger soupir de satisfaction qui -haleine oblige- annihila toute forme de vie microscopique dans un rayon de dix centimètres autour de sa bouche.

"Chellent ! Chagréable de trouver quelqu'un qui sache se démolir le foie avec autant de goût ! Chpas comme vos collègues..."

Une certaine enseignante cynophile vint à son souvenir, avec ses stupides clopes elfiques.
Il se tira une chaise et rendit -temporairement, avec un peu de chance- la fiole de nectar à son ancien patient. En bavardant un peu, il parviendrait peut-être à lui faire dire comment il se l'était procuré.

"Chvous m'disiez un peu chkiamène un soldat d'votre trempe dans cette académie tragicomique ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   05.10.15 20:56


Se dévaster le foie avec autant de goût, il faut dire que ce n'était pas tout à fait faux car le vieux professeur avait souvent l'habitude des longues nuits et aimait les meubler avec quelques bonnes bouteilles. Pour autant son teint n'était pas cireux en temps normal et son foie allait bien même si il était bien mois robuste que celui d'un nain. Mais l'entraînement résout beaucoup de problème et de l'entraînement il en avait. D'un certain coté il était heureux que ce breuvage fasse autant plaisir au nain qui l'avait rafistolé, un sourire comme celui là on en voyait pas un tous les jours. La question du nain le laissa tout de même sans voix. Il se demandait quoi répondre. En effet il avait été un guerrier de talent, ou du moins un guerrier qui avait réussit à survivre et ça c'était déjà un bon point. Mais se retrouver dans cette école revenait à dire deux choses plus clairement qu'on pouvait le faire avec des mots. D'une c'est qu'il n'était plus le courageux guerrier qu'il avait pu être par le passé et se réfugier dans ce genre d'institution était l’aveu de son échec et de sa couardise. De deux son atterrissage dans cette école voulait simplement dire qu'il était devenu l'ombre de celui qu'il était et il ne valait plus rien mais après avoir fermé les yeux il essaya d'oublier ces deux affirmation et sans demander d'autorisation aucun il sorti une cigarette qui s'alluma instantanément. Les paroles eurent du mal à sortir tant à cause de la fumée brûlant son larynx qu'à cause de cette honte lui tenaillant les tripes.

« Je suis obsolète voilà pouvoir Herr Volstein. J'ai combattu des Baloths, des mages noirs, des nains fous. J'ai même battu un maître d'armes Elfe en combat singulier. Nous avions même terrasser un dragon elle et moi il y a longtemps. Ce temps est malheureusement révolu. Je suis brisé de partout et je n'ai plus que mes connaissances à offrir. Voila pourquoi je suis là maître nain. »

Se ressaisissant le mage tendit le bras et avala goulûment une partie de la fiole avant de la rendre au nain pour qu'il en profite à nouveau. C'est vrai qu'il ne pouvait plus se targuer d'être le guerrier qu'il avait pu être. Le souffle commençait à lui manquer et les douleurs se faisait plus présente. Il attaquait à peine la quarantaine. La disparition des douleurs dans sa jambe lui fit tout de même plaisir et il laissa un sourire s'étendre sur ses lèvres.

« Et vous quelle est votre histoire ? Un touche à tout tel que vous ne devrait pas se retrouver dans cette école si tout se passe bien dans son existence. De plus vous semblez plus vous soucier de vos recherche que de vos élèves. J'ai tort ? »

Continuant de fumer il fit quelques mouvements normaux avec sa jambe et réussit même à la tendre au maximum. Ce nain était véritablement un génie qui s'ignorait même si sa conception de l'hygiène était spéciale. Voyant le regard circonspect de son interlocuteur et devinant presque ses pensées le mage reprit.

« J'en ai encore quelques bouteilles dans mes affaires si vous le souhaitez. J'ai reçu ce présent en paiement d'un sale boulot dans les galeries naine. Vous êtes une race superbement ingénieuse mais certain ennemis vous surpasse et Mc Cormic, le maître brasseur a été heureux de me trouver pour la réglé. J'ai toujours aimé travailler avec vos camarades, vous avez l'esprit pratique. »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre Nocturne. (PV Volstein Von Stern)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.
» Nuage nocturne premier entrainement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maegisteria :: L'internat :: Troisième étage :: Chambres des professeurs-
Sauter vers: