Bienvenue à la Maegisteria !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   14.03.18 23:35

Tout n'avait pourtant pas si mal commencé.

Ingrid  s'était posée dans la salle des profs, café sur la table, clope au bec et tartine beurré à la main  tandis qu'elle lisait son courrier.
Trois lettres de sa famille. Les remontrances habituelles de sa mère sur sa nature de fille ingrate, la complainte habituelle de Raùl sur sa nature de sœur ingrate, et l'absence inhabituelle d'informations précises de la part de Sorim quant aux possibles repaires de contrebande du coin.
Elle avait froncé les sourcils, imaginant déjà dans quel foutu pétrin se trouvaient encore ses deux aînés. Mais elle connaissait son frère, il ne la laisserait pas en plan. Ça prendrait juste un peu plus de temps que prévu.

Deux invitations à des tournois officiels. Les organisateurs faisaient chaque année les yeux doux aux anciens finalistes, espérant avoir un belle bande de cinglés auréolés de gloire à présenter aux pigeons. Soyo s'était fait un plaisir de faire ses dents dessus.

Puis la dernière. Pas de nom d'expéditeurs, pas d'adresse. Déposée directement auprès du concierge.
Et pour seul et unique destinataire : « Roja ».
Le regard de Soyo, désireux d'avoir encore un peu de papier mâché, s'était brumé d'inquiétude alors que sa maîtresse se raidissait sous ses yeux.

« Mierda. »


***

Le soleil partait se coucher quand Ingrid se faufila dans l'ombre du mur d'enceinte.

Elle avait troqué ses baskets souples pour ses bottes renforcées et sous ses gants en cuir, ses mains étaient bandées. Sous sa veste se cachait un haut terni par endroits de tâches brunes. Son pantalon était souple, près de la peau sans en gêner les moindres mouvements.
Et comme à chaque fois qu'un combat approchait, ses cheveux étaient tenus en une queue de cheval.

Elle aurait voulu ne pas en arriver là, mais ils avaient été plus malins qu'elle. Plus vraiment le choix. Elle était prête.

Arrivant à la jonction du mur et de la forêt, la guerrière jeta un dernier regard derrière elle. Personne.
Tant mieux. Le monde de l'ombre devait rester dans l'ombre, et elle n'avait aucune envie d'y mêler qui ce soit.

Soyo disparut dans les fourrées tandis qu'elle se glissait sous le couverts des arbres.

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   18.03.18 22:41

Le soleil se levait sur la maegisteria et pour la première fois depuis longtemps Sylvan avait bien dormi. Ses yeux se levaient en même temps que l'astre et les rayons apportaient une lumière chaude et bienvenue dans la petite chambre du professeur. L'autre bonne nouvelle du jour était qu'il avait reçu les pièces mécaniques qui lui manquait, sa main gauche retrouverai toute sa mobilité à défaut de son esthétisme. C'est fièrement qu'il entrait dans la salle des professeurs après son petit bricolage, son bras était à nouveau silencieux et il n'avais jamais paru d'aussi bonne humeur depuis son arrivé.

Contrairement à sa collègue, à qui il adressait un signe de main en rentrant, il n'avait reçu aucune lettre particulière. La seule missive qui changeait de l'ordinaire était une invitation pour un bal d'honneur chez un riche marchand slave. Il n'y répondrait pas, comme d'habitude. Tournant les talons pour se servir un café il aperçu un magazine qui trônait sur une des tables et qui titrait « il y a 25 ans, la fin du Boucher de l'est. Dossier spécial ». Il oublia complètement son envie de café et sortie une cigarette avant de prendre le feuillet de papier glacé. Tournant les pages avec plus de fébrilité qu'a l'accoutumé il se fixa enfin sur la large double page centrale qui récapitulait les méfaits du mage noir et les étapes importantes de celui qui s'était lui même nommé le boucher de l'est. En bas à droite, juste à coté de la date de mort, un portrait d'un couple se tenant par le cou, sourire au lèvres. Le mage lu la légende à voix basse avant de jeter le magazine en jurant dans sa barbe.

Eda Kuntzler et Sylvan Karov, les deux mages qui ont anéanti la menace.

Il se sert le café, le bois et file en cours sans rien dire, sans même un geste pour ses collègues. Encore une journée qui avait bien commencé.

***

Après les cours Sylvan n'était pas rentré à sa chambre, il avait profité de l'air assez doux de la nuit pour regarder les étoiles et s'aérer un peu l'esprit. Il savait que certains de ses haut faits faisait les choux gras d'une presse dite spécialisée mais il s'y faisait pas. Pour tous ces journalistes l'histoire s'arrêtait au moment ou « la menace avait été anéantie », son expérience était différente. Dépassant l'ancien mur d'enceinte de la vieille abbaye il tourne à gauche pour longer la forêt et s'arrête assez brusquement. En se retourna il fait apparaître son sabre et scrute la lisière du bois. Rien. La lune éclaire trop faiblement pour y voir quoi que ce soit. Sylvan se colle au mur de pierre et lance sort de dissimulation basique. Une fois sa silhouette confondue avec le mur il revient sur ses pas. D'un geste il s'accroupit au moment ou une touffe de poil s'élance dans le sous bois. Soyo. Une fois la chevelure rousse passée il se redresse, annule son sort et la suit. Heureusement que ces pièces sont arrivés sinon il n'aurait jamais pu être aussi discret.

Après une petite demi heure Ingrid ralentie enfin et s'assoit contre un arbre tout en manipulant quelque chose dans ses mains. Derrière elle, une faible lueur, comme celle d'un campement ou d'une caravane. Lentement le mage s'approche et une fois arrivé à quelques mètres il perçoit un grognement, celui du Berger Allemand qui flaire un intru. Sa lame disparue le mage reste dans l'ombre d'un arbre et lance d'une voix faible mais audible pour la jeune femme.

« Il est un peu tard pour se promener la nuit chère collège. Je croyais que si vous aviez quelque piste que ce soit vous deviez me prévenir ? »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   19.03.18 18:13

Ingrid marchait vite, esquivant les obstacles naturels sans les regarder. Plus vite ce serait réglé, plus vite elle pourrait retourner à son quotidien de prof. Ou plus vite elle brouterait les pâquerettes à la racine. Elle n'avait pas la moindre idée de qui était son adversaire, et lui semblait en savoir un peu trop sur elle...
Soyo agitait les fourrés quelques mètres dans son dos.

Elle s'arrêta en apercevant la clairière et le feu qui tâchait l'ombre des arbres alentours.
Difficile de se tromper.

Posant un genou au sol, à l'abri d'un tronc, elle sortit de sa poche une petite fiole qu'elle dégoupilla du pouce et en but une lampée. Un vague goût amer lui souilla la gorge.

D'aucuns auraient pu juger cette pratique de « dopage déloyal », mais la moralité n'avait rien à faire ici. La survie n'était pas une question morale, surtout quand les salauds en face ne se privaient pas pour faire de même.
Et comparée eux, elle s'estimait soft. La potion ne ferait qu’anesthésier la douleur des coups à venir. Pour le reste...
Le grognement de Soyo s'éleva.

« Il est un peu tard pour se promener la nuit chère collège. Je croyais que si vous aviez quelque piste que ce soit vous deviez me prévenir ? »


Poussant une bordée de jurons mentale, la guerrière fit volte-face, en garde, avant de se retrouver nez-à-nez avec Sylvan.
Un mélange étrange d’agacement, d'incrédulité et de soulagement la parcourut, relâchant ses muscles.

« Bordel de merde, Sylvan, vous ne pourriez pas prévenir ? »

Sa voix était basse pour ne pas être entendue depuis la clairière. En cas de magouille soupçonnée, le duel risquait de prendre une autre tournure...
Elle jeta un rapide coup d’œil à la lisière. Pas de réaction, ils ne devaient pas les avoir entendu.
Les mains sur les hanches, elle poussa un soupir avant de reprendre plus calmement.

« Ce n'est pas ce que vous croyez... »

À vrai dire la jeune femme aurait sans doute préféré. La soirée allait être plongée sous le signe de l'illégalité la plus totale. La moitié de son monde depuis près de 13 ans, où amis s'appelaient rivaux, justice s'appelait vengeance, respect s'appelait sang... Et meurtre s'appelait duel.

Sylvan avait vraiment mal choisi son moment.

« Écoutez Sylvan, c'est un duel. Je pense pas devoir vous faire un dessin, alors je serais franche : ça m'arrangerait vraiment que vous repartiez en faisant comme si vous n'aviez rien vu. »


La probabilité pour que Sylvan approuve l'idée était au-delà de faible, mais elle ne pouvait pas encourager l'idée qu'il vienne avec elle. Pour lui comme pour elle, ça risquait d'être une très mauvaise soirée.

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   20.03.18 21:51


Vu le juron qu'elle venait de laisser sortir ce n'était pas le bon moment pour apparaître. Rapidement il s'approcha d'Ingrid et s'agenouilla à ses cotés avant de jeter un coup d'oeil sur la fiole. Une potion qui devait lui donner certains avantages sans aucun doute. Ca n'apprenais qu'une seule chose, que ce n'était pas une bonne idée de rester dans le coin. Relevant le regard il observa un peu la clairière rougie par le feu d'enfer qui brulait en son centre. Une petite tonelle avait été élevée sur son flanc ouest et deux personnes discutaient tranquillement dessous. Sans avoir une grande expérience Sylvan avait compris, ceci était le théâtre d'un duel tout à fait illégal et les mots de la jeune femme ne faisant que confirmer ce qu'il venait de comprendre seul. Les seuls questions qui restaient en suspends était pourquoi et contre qui ? Se raclant la gorge le vieux mage fit un léger non de la tête et remis son lourd manteau de cuir en place.

« Vous savez Ingrid, je suis un jeune néophyte dans l'art des duels mais je suis certain que le gros malabar de l'autre coté des taillis ne veut pas juste vous inviter à danser donc je viens avec vous. Je suppose que chez les gentlemen nous emmenons toujours un témoin au cas ou le duelliste perdrait la première manche, non ? »

A vrai dire les duels n'avaient jamais été sa spécialité et il en avait rarement menés. Du moins c'étaient rarement des duels tels que nous les concevons, dans le cadre d'une compétition. Cela se rapprochait plus de la traque ou de la chasse à l'homme. Envoyant valser tous les principes de précautions Sylvan sortit une cigarette avant de l'allumer d'un clignement de paupières d'un air de dire « tous les condamnés ont le droit à une cigarette non ? ». Instinctivement il fit apparaître son sabre sous l'oeil courroucé d'Ingrid et le fit finalement disparaître pour un long poignard argenté à la garde vermeil. C'était la première fois qu'Ingrid voyait cette arme, la lame n'avait aucune rune mais elle semblait avoir des éclats violet tout le long de ses 25 cm. Se râclant la gorge, toujours la clope au bec, il se leva en faisant attention de rester sous le couvert des arbres et pris une énorme inspiration. Ingrid semblait parler mais il ne l'entendait plus, il était tout entier dans la clairière. Tout était gris, fané, à part une silhouette qui irradiait d'un jaune aussi pur que le soleil lui même. Expulsant la fumée une ultime fois il recouvra ses sens et jeta sa cigarette dans l'humus avant de parler à nouveau à voix basse.

« Il y a un mage avec eux Ingrid et si je peux le sentir lui aussi peux m'identifier. Je ne le connais pas mais un mage dans un duel ne fait jamais bon ménage. Vous faites ce que vous voulez mais moi je vais à leur rencontre. »

Sans attendre plus longtemps un accord ou un quelconque mot de la part de sa compagne du jour le mage glissa son poignard dans la manche gauche de son cuir et amorça sa marche vers la clairière. Beaucoup de branche, peu de lumière, mais suffisamment d'agilité pour éviter tout heurt. La jeune femme sur ses talons, du moins il espérait, il rejoignait la piste et apercevait le bout du tunnel. Il évita un fil piège qui devait fluorescent une fois enjambé et allait posé son pied droit dans le découvert quand un grand costaud vint à sa rencontre. Il le dépassait d'une bonne tête et ses bras était comme ses cuisses. Un type bien donc. Sylvan se stoppa, se félicita d'avoir mis des bottes cette fois ci et pas seulement la droite, sorti une paire de gants de sa poche et les enfila.

« QUI VA LA ? »

La voix ne souffrait d'aucune réplique humoristique et le mage se contenta de dire à voix basse en direction de son dos.

« Ingrid ? C'est à ce moment là que vous devez m'aider. »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   20.03.18 23:48

Ingrid avait un immense respect pour son collègue, et une certaine affection. Mais là, maintenant, tout de suite, elle avait une folle envie de lui en coller une.

La jeune femme prit une profonde inspiration avant de s'avancer calmement.

« Du calme, mon gros, c'est mon témoin. »

Le gars était une armoire à glace comme il y en avait tant. Derrière lui, Ingrid distinguait un homme sombre, qui observait de loin avec une méfiance notable. Le sorcier dont parlait Sylvan ?

Ingrid s'approcha tranquillement, comme un félin peu pressé. Il était jeune, plus jeune qu'elle derrière cette tronche patibulaire.
Bifurquant légèrement vers le mage, elle lui posa la main sur l'épaule en pressant un peu. Ses yeux appuyèrent les siens dans un échange d'acier intransigeant tandis qu'elle énonçait distinctement la règle d'or.

« Et comme tout témoin, il jure de ne pas intervenir quoiqu'il arrive dans notre affrontement. »

Il était prévenu, il ne pourrait pas dire le contraire.

Relâchant sa prise comme si de rien était, elle retira sa veste, attrapant ses cigarettes avant de la laisser tomber à terre d'un geste négligent. Chaque mouvement prenait son temps, le roulement de son briquet, la clope contre ses lèvres, son menton vers le ciel alors que ses paupières se fermaient un instant, savourant la bouffée salvatrice.

Le monde avait soudain un élan vivifiant.

Rouvrant les yeux, elle se tourna vers son futur adversaire, un fin sourire sur les lèvres. Il la jaugeait, l'air mauvais. Encore un parangon de sympathie, celui-là.
Une voix basse, venimeuse, retentit finalement :

« Alors c'est toi, la Roja.

-Faut croire. Et toi, t'es qui ?
-Le frère d'un mort. »

Il cracha au sol. Ingrid leva un sourcil et expira la fumée.

« Ça tape large, garçon. 
-Le tournoi du Val d'Ombre. T'étais déjà championne l'année d'avant. Mon frère c'est celui à qui tu as pété la colonne vertébrale en le balançant dans les gradins. »

Oh. Elle croyait se souvenir, oui. La dernière arène où elle avait traîné ses bottes, deux ans plus tôt.
Elle soupira.

« Désolée pour lui, vraiment. Mais il connaissait les risques.»

Ce n'était pas vraiment un argument, juste un constat. On ne tentait pas le Val d'Ombre en pensant repartir indemne. Repartir tout court était déjà difficile.

« C'est vrai. Mais te faire la peau, ça sera pas qu'une vengeance – Il eut un rictus sauvage, quelque chose de profondément dérangeant- T'imagines pas la gloire que tu vas représenter, Roja. Vaincre la championne de l'Est, ça ouvre de sacrées portes... »

Il plissa les yeux, son rictus carnassier s'étirant un peu. Il y avait vraiment quelque chose qui n'allait pas avec ce sourire.
Jetant son mégot à terre, la guerrière l'écrasa du talon avant de faire craquer sa nuque.

« Si tu le dis. »

Mouvement de menton provoquant. La vérité, c'était qu'elle aurait aimé négocier ça à l'amiable. Mais dès les premiers mots, il était clair que ce gars n'en aurait rien eu à foutre.

Elle jeta un coup d’œil à Sylvan. Bien que soulagée d'avoir quelqu'un pour tenir ses arrières face au sorcier, elle regretta qu'il soit là. Elle n'avait pas envie d'être le cadavre de trop pour le mage, mais rien ne pouvait prédire l'issu de ce combat.
Derrière la silhouette lourdaude de l'ennemi se cachait quelque chose de bien plus vif et dangereux qu'un colosse brutal. Elle ne savait pas quoi, c'était bien là le problème. Mais le sous-estimer serait la pire des conneries à faire.

Étirant ses bras, elle se mit en position en même temps que son adversaire, la voix du sorcier tônant sèchement les règles du duel, comme il était parfois de coutume. Alors que les derniers mots approchaient, son adversaire eut à nouveau ce sourire, ce foutu sourire.

« Oh et, tu as le bonjour de Dimitri. »

Putain de salaud.
La voix se tut et l'homme bondit. La parole était au sang.

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   21.03.18 16:20

Sylvan n'avait surtout jamais aimé les duels, ni les duellistes. Ils disaient se battre selon un certain code d'honneur mais ils ignoraient tout de la signification de ce mot et pendant un certain temps il avait cru Ingrid différente. Visiblement il se trompait. Il était parti bille en tête et il était heureux de savoir qu'elle l'avait suivi. Il l'était un peu moins quand il entendit la règle d'or de ces duels. Il n'aimait pas ce genre de situation, pour lui un duel devait se tenir à arme égale et se finir au premier sang, aucun honneur n'exigeait la perte d'un être humain. Mais comme le gros le disait à Ingrid ce n'était pas une affaire d'honneur mais de vengeance. Plus le temps passait sous le feu de la clairière plus Sylvan avait l'impression d'être tombé dans un piège maladroit. Un piège qui ne comportait que deux personnels, ça sentait le souffre. A moins, à moins que le mage dans sa longue robe grise, caché par son capuchon ne préparait un sale coup. Le gros jeta un regard vers le mage comme pour lui demander si tout ça était bon pour lui, il répondit par l'affirmative. Un dernier mot sonnant comme un coup bas et le combat pouvait commencer. Pourquoi Diable faisait il référence à ce Dimitri.

Croisant les bras sur son torse le mage essayait de tempérer ses ardeurs. Les deux combattants s'élançaient. La fureur des coups n'avaient d'égale que la rougeur du feu mais Ingrid se défendait plus que convenablement. Comme lors de sa rencontre avec le Baloth tout son art était basé sur l'agilité, la précision et bien sûr son bras en adamantium mais quelque chose ne tournait pas rond. Malgré sa stature son adversaire était tel un félin, il esquivait, se replaçait, frappait avec des réflexes purement surhumain. Ingrid n'avait aucune chance même si pour le moment elle était plus qu'à niveau. Il serra les poings au moment ou un crochet atteignit la jeune femme en plein visage et lui fit mordre la poussière. Il amorça un geste pour venir à sa rencontre mais en moins de temps qu'il ne faut pour le dire elle balayait son adversaire qui tombait à plat dos, effectuait une roulade en arrière et se remettait sur ses jambes, en garde. Comme un spectateur lambda il alluma une cigarette en serrant les dents. Il plongea son regard sur la clairière et jura avoir vu une ombre bouger. Non ce n'était pas qu'un simple combat.

Les deux duellistes s'entrechoquaient à nouveau, le bras droit d'Ingrid paraît remarquablement mais utiliser un tel atout en défense n'augurait rien de bon. Elle fatiguait. Pendant un bref instant Karov fut tenté de déséquilibrer l'adversaire par la magie, mais Ingrid lui en voudrait à jamais si elle savait qu'elle avait gagné par tricherie. Expirant toute la fumée de ses poumons il pointa à nouveau le capuchon qui gardait la tête baissée. D'un geste de la main il invoqua une légère brise qui rejeta la capuchon un peu en arrière. Pendant un instant leur regard se croisèrent et ceux du mage étincelait d'un bleu électrique. Il rejeta sa coiffe en avant mais il était trop tard. C'était un sort très commun, il donnait au receveur les caractéristiques d'un animal donné, l'agilité féline n'y était pas pour rien.

« ASSEZ ! »

La voix amplifiée par la magie se répercuta dans toute la forêt et mis l'action en suspend un petit moment. Tous les visages se tournèrent vers lui, et il n'y en avait pas seulement quatre. Son bras se tendit et projeta une onde qui frappa le mage de plein fouet. Surpris par une telle attaque il s'envola et frappa le hêtre le plus proche. Le sortilège s'évanouit et le colosse pris une salade de phalanges bien sentie de la part d'Ingrid.

« Celui-là est à moi, tue l'autre ! »

Il avait dit cela d'un ton des plus autoritaire et fit apparaître son sabre dans sa main de chair tout en s'avançant vers son adversaire.  Passé l'étape de la surprise, le capuchon rabattu sur les épaules, l'adversaire se mit à psalmodier une litanie approximative sous l'effet du stress. Une boule de feu. Tellement classique. D'un coup de taille de bas en haut Sylvan souffla la déflagration sans aucune difficulté et continua sa marche lente vers son adversaire. Il était commun que de jeune mage offrent leur service à certains duellistes trop lâches ou trop incompétent. Malheureusement ces mages étaient loin d'être les meilleurs.

Encore une boule de feu, et une autre. Quand comprendrait il ? Sylvan tenta une attaque magique mais elle fut déviée. Il n'était pas si mauvais que cela finalement. Arrivé à sa hauteur il se décida à tirer une lame pendue à sa ceinture et se mit en garde. Les lames s'entrechoquèrent 3 fois, à la quatrième Sylvan brisait la garde de son adversaire et lui taillait la cuisse, le mettant à genoux.

« Je te laisse une chance. Part et je ne te poursuivrais pas. »

A sa grande surprise il souriait. Qu'est ce qui pouvait le faire sourire ? Un rire sinistre s'éleva dans la clairière et un bruit semblable à des tambours se fit entendre. Karov eu juste le temps de sortir un juron, mettre la lame en opposition et invoquer une protection mineure. Un rhinocéros ectoplasmique le percuta de plein fouet, détruisit une bonne dizaine d'arbres sur son chemin puis s'évanouit. L'adversaire de Karov se releva, victorieux. Ce n'était pas tous les jours qu'on réduisait en bouillie une légende de la magie. Trainant sa jambe ensanglantée il retourna près des combattants et s'appliqua à préparer un nouveau sort pour son poulain.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   22.03.18 0:16

Ingrid cracha du sang et se redressa vivement. Il venait de lui exploser la pommette en bonne et due forme. Chance pour elle, la dope faisait effet. La douleur ressemblait à une vague démangeaison. Pour le moment.

Elle avait vu juste, ce mec n'était pas le premier balourd venu. Il était bon. Trop bon.

La guerrière encaissait, évaluait à chaque parade, chaque esquive. La force de ses coups faisait vibrer l'adamantium. Elle les laissait couler contre le métal, se mouvant à la milliseconde, économisant la moindre parcelle de force qu'elle pouvait préserver. Si elle se laissait épuiser maintenant, c'était fini. Une maladresse de plus, et c'était fini.

Leurs jambes fauchèrent l'air, s’interceptant mutuellement. Ingrid entendit un craquement, elle ne savait pas de qui.

Il fallait trouver ce qui clochait. Vite.

Ils se firent face un bref instant, chacun retrouvant sa posture. Elle lui avait défoncé l'arcade sourcilière et déplacé un os, mais il avait l'air de s'en foutre magistralement.
Un dur.

Ingrid se sentait légèrement déséquilibrée, le mollet fourmillant, et s'accroupit au sol, jambe intacte tendue en ressort.  Au moins elle était fixée sur qui était touché.
Sale bilan quand l’anesthésie cesserait. Pas le pire qu'elle ait connu, pas encore. Mais assez pour changer la donne d'un combat trop long, et pas en sa faveur.

« Pas trop mal, garce, mais je m'attendais à mieux... »

Elle ne répondit pas. La provocation était l'arme des idiots, et y répondre était le mérite des vaincus.
Ses yeux gris scrutaient tout, décomposant le geste qu'elle esquivait de justesse. Elle était trop près, elle le savait. Mais il fallait trouver une faille.


Assez. Le temps resta en suspens, les yeux tournés vers Sylvan. Le sorcier était pris la main dans le sac et Ingrid jura. Un sort de soutien. Putain de tricheur...

Son poing d'adamantium cueillit la mâchoire de son adversaire, préoccupé de son témoin découvert. Sa tête bascula violemment en arrière et il recula de quelques pas, alors qu'Ingrid lui assénait coup sur coup en plein plexus, frappant les côtes avec insistance. Il lui balança un poing hasardeux mais vif, percutant la jointure de la prothèse. Cent fois plus fort que tout ceux qu'il avait donné jusqu'ici. Les bordures s'enfoncèrent dangereusement dans la chaire de la guerrière.
Oh merde.

D'un bond elle se recula. Son buste pissait le sang sous le renfoncement métallique.
Sylvan lui cria quelque chose mais elle n'entendit pas.

Se rétablissant dans un sinistre craquement, l'homme la fixait. Un regard mordoré teinté de furie, son nez retroussé comme un prédateur qui sentait sa proie.

Ce n'était pas un un sort de soutien.
Et ce qu'elle venait de trouver n'était pas une faille.

Un putain de loup-garou.

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   22.03.18 11:58

Combien de temps ? Cinq minutes ? Dix ? Une heure ? Sylvan était complètement désorienté. Ses paupières se levèrent et il contempla un instant la voûte céleste devenue visible après l’incantation de son adversaire qui l’avait vraisemblablement laissé pour mort. Un arbre était tombé tout près de lui, sa jambe gauche bloqué en dessous de l’écorce refusait de bouger, son dos était brisé et chaque respiration profonde lui faisait souffrir le martyr. Posant la tête contre l’humus il tenta de réfléchir par dessus le bourdonnement qui lui vrillait les tempes. Il n’avait pas remarqué que le sol était si humide, poisseux. Il passa sa main sur son visage et compris que c’était seulement son propre sang qui étendait du sang sous son cuir chevelu.

Il n’avait rien vu venir. Lui, un des mages considéré comme faisant parti des meilleurs de sa génération il avait été vaincu par un guignols tout juste sortie des jupons de sa génitrice. Vaincu ? Non pas encore. Grimaçant il fit un geste de la main et souleva juste assez le tronc pour retirer sa jambe. La carapace d’adamantium n’avait pas été entamé mais vu le bruit de rouages il n’en était pas sorti indemne. Il appela son sabre qui atterrit dans sa main, un regard vers la lame lui indiqua le problème. Au deux tiers de la lame, celle ci était brisée. Il avança d’un pas vers la clairière et le bruit de sa prothèse lui indiqua que toute approche furtive était à oublier. Comme dirait son maître parfois il ne faut compter que sur la force brute. Il attrapa son poignard toujours caché dans sa manche dont la lame irisé brillait d’un éclat chaleureux et convoqua sa fidèle. Dans une gerbe d’éclair rouge une splendide hache à la tête argentée apparut. Son manche en frêne était recourbé et de magnifiques runes noires semblait aspirer toute lumière. Il jeta son cuir à terre tira les muscles de ses épaules avant de pousser un cri proprement bestial qui déchira la tranquillité de la nuit et de se mettre en marche, sa jambe gauche raclant piteusement le sol derrière lui.

Deux hommes avaient rejoins le mage, les ombres étaient sorties de la forêt et scrutaient la lisière depuis ce cri qui leur avait transpercé le cœur et glacé le sang. Même le mage, psalmodiant son sort de soutient, ne semblait pas rassuré. Qui donc pouvait survivre à une telle attaque ? C’est alors qu’ils le virent. Sylvan avait la face maculé de sang, ses yeux était littéralement injectés de flammes rougeoyantes, il était lent, extrêmement lent. Le capuchon hurla un ordre inaudible à son collègue et les archers décochèrent. Les traits filèrent vers la silhouette mais s’évaporèrent avant d’arriver jusqu’à leur cible. Le premier, un elfe, fut pris d’une peur panique et voulu s’échapper. C’est à ce moment là que le tonnerre gronda.

Dans le cercle de terre et de caillasses ou se battaient à mort les duellistes la foudre frappa, l’onde de choc qui s’ensuivit les envoyèrent à terre sans plus les déranger. Le deuxième et dernier éclair tomba directement sur l’elfe qui retrouva ses ancêtres, un cadavre calciné marquait pour le moment la tombe. Le deuxième guerrier était plus téméraire. Il se rua sur le mage en hurlant mais ses pieds quittèrent la terre. Une bulle se forma autour de lui avant de se remplir d’eau, lentement, pas à pas. Il se débattait, grondait, vociférait mais rien n’y faisait, l’eau s’infiltra dans ses poumons et il mourut sans plus de cérémonie avant que la bulle n’éclate et ne jette son corps sur la terre.

Sylvan avançait à présent vers son adversaire, le seul qui en valait vraiment la peine. Il psalmodiait vite, très vite. De l’obscurité de la forêt sugit un jaguar qui bondit sur le vieux mage en souffrance sur sa jambe, il ne prit même pas la peine de le regarder. L’ectoplasme fut balayé d’un geste.

« Tu aurais du partir quand tu le pouvais petit. A présent tu vas mourir »


Sylvan lança sa dague qui manqua de peu le jeune mage assez agile pour l’éviter et jura tout en prenant sa hache à deux main tandis que le manche s’allongeait. Fatigué par ses invocations animales l’adversaire ripostait avec les éléments mais aucun éclair, aucun feu ne semblait l’atteindre, le mage de bataille déviait tout ou l’absorbait. Tirant son épée le mage fit face. Il hurla des insanité au moment ou il passait à l’attaque. Hache contre épée, c’était un combat inégal. Du manche Sylvan para les premiers coups mais fut surpris par la magie du jeune. Un cercle magique se créait, les murs invisibles se dressait et le feu naissait. Sylvan pris une posture curieuse et hurla une incantation et la bulle explosa, envoyant son adversaire à terre. A plat dos, les bras en croix, sa main chercha son épée au moment ou la hache tomba sur son bras, le tranchant net. Sa voix se brisa en poussant un cri. Sylvan attrapa sa cheville et l’expédia contre un arbre tout proche qui céda sous l’impact. Le vieux rejoignit le jeune, le remis sur ses jambes et lui attendrit la chair de son poing de métal de la même manière qu’avec Gabriel. Heureusement qu’Ingrid ne regardait pas cela. Tourmenté par sa haine, conjurant sur lui ses démons passés, Sylvan agripa le bras entier de sa victime de sa main de métal et serra. Les engrenages firent leur office et bientôt le sang perlait, les os craquaient, l’articulation se disloquait et le bras en charpie tomba lourdement.

« Pitié… »


C’était un souffle, une plainte et Sylvan s’arrêta. Il laissa tomber son adversaire moribond et désormais libérer de ses membres supérieurs et tourna les talons. Il pouvait entendre le soupir de soulagement de sa victime mais à quelques mètres il stoppa tout mouvement, se mit de trois quart et  serra le poing.

« Pas pour toi jeune idiot. Je t’avais dit que tu aurais du partir. »

De la même manière que son sabre était revenu dans sa main le propre coeur du mage répondit à l’appel de Sylvan, perforant la cage thoracique de cet homme trop présomptueux. Une fois celui ci jeté au feu un autre geste fut exécuté et entre les deux combattants qui se jaugeaient à présent, comptant chacun leur blessure, le corps désarticulé du larron, comme une poupée de chiffons, percuta le sol. Sa voix n’exprimerait plus rien, ses deux bras déchirés répandait ce qui lui restait de sang dans les veines et ses yeux bruns regardaient fixement son allié, une expression de terreur à jamais dessiné sur son visage.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   22.03.18 17:17

Être dans la merde était un euphémisme.
Ingrid glissa sous le poing qui fracassa le tronc derrière elle et fit une roulade pour s'écarter du lycanthrope furieux. Elle se rétablit en chancelant, sa jambe instable commençant lentement à sourder d'une douleur aiguë.

Elle préféra ignorer les traînées de sang qu'elle avait laissé dans son sillage. Ne pas penser au tiraillement du métal qui cisaillait sa poitrine.
Si elle devenait trop consciente de sa condition maintenant, elle perdrait toute chance de prendre le dessus. Non pas que la-dite chance fut très remarquable.
La guerrière serra les dents.

Il y a deux ans, les choses ne se seraient pas déroulées ainsi. Les combats d'ampleur, à l'époque, elle en avait sa dose. Elle s'était affinée dans son art, maîtrisant bien plus que ce qu'on attendait d'elle. Elle aurait su rebondir bien plus vite, surprendre plus mortellement.
Mais le souffle guerrier avait du mal à revenir. Son instinct de survie avait repris le pas au quart de tour, pas l'esprit qui allait avec.

Mais le déclic avait intérêt à venir. C'était ça ou la mort.

Projetée à terre Ingrid mit un temps à comprendre ce qu'il venait de lui arriver. Elle voyait trouble. Levant son bras pour parer maladroitement le pied qui tentait de l'achever, elle vit qu'un morceau de la culasse avait été broyé. Elle cligna des yeux, le monde soudain au ralenti alors qu'elle percevait le bout tranchant qui gisait près d'elle, alors que son ennemi s'apprêtait à la piétiner pour de bon.

Ah oui. Ça y est, c'était ça.

Elle ne se rappelait pas s'être relevée ni d'avoir pris le visage du type entre ses mains, mais elle sut tout de suite ce qu'il fallait faire. Il voulut se dégager.
Ingrid encaissa le coup de poing, crachant un peu de sang mais ne lâchant pas sa prise, avant de percuter la mâchoire déjà endommagée d'un coup de tête Dans le même mouvement, elle bloqua le bras contre son ventre et commença à le plier dans le sens inverse du coude. Tentant de pivoter pour se libérer, sonné, le loup joua un pas de la danse qu'il ne maîtrisait pas.  Maintenant.
Ingrid fut dans son dos, coinçant le bras en arrière entre les jointures d'adamantium, et pressa. Une seule fois. Sèchement. Brusquement. De toute sa force mécanique.

L'homme hurla, un hurlement fauve perdu entre deux corps, tandis que l'os sortait de sa peau entre ses muscles déchirés. Ingrid se recula, déséquilibrée par la ruade de douleur.

Il se tourna vers elle, le regard à moitié fou. C'était un signe de danger mortel. Mais c’était surtout une faille.

Elle feula d'un rire rauque :

« Alors mon gros, on a peur du loup ? »

Il fonça. Ingrid avait la tête qui tournait. Sa jambe menaçait de flancher, la pression du métal la suffoquait, ou peut-être la perte de sang. Elle s'en fichait. Tout ce qui comptait c'était le char de rage qui lui arrivait dessus. Le pas, l'unique pas qu'elle fit en avant. Le morceau d'adamantium brisé qui se planta juste sous le cœur alors qu'elle recevait la charge de plein fouet. Qu'elle restait debout parce qu'il restait debout aussi.

Il essaya de la mordre. Elle plongea la main plus profondément dans son poitrail, taillant sa route. Encore plus. Il la frappa violemment dans le dos avec son poing viable. Elle continua.

Ses doigts touchèrent finalement la colonne vertébrale et sans un mot, elle tira d'un coup sec.

Elle perdit conscience deux secondes, juste deux, alors qu'elle tombait en arrière, que son ennemi s'effondrait à terre, paralysé et agonisant, bavant comme un chien galeux.

Ingrid tomba sur un genou et vomit un peu. Du sang, encore du sang. Puis elle posa les yeux sur  le vaincu à terre. Ses yeux gris étaient en fusion, la fièvre de l'adrénaline coupant le contact avec les suppliques de son corps. Elle se releva, anesthésie oubliée, et chancela jusqu'à sa veste. Ramassa ses cigarettes. S'en alluma une. Se dirigea vers les râles.

Il lui voulut lui attraper la jambe, sa main fut broyée sans merci sous le pied de la championne du Val d'Ombre. Elle se laissa tomber assise à côté de lui, contre le tronc d'un arbre, et expira la fumée.

« Je suppose que tu voudras pas me dire pourquoi Dimitri veut ma tête ? »

Regard de souffrance et de défi. Elle lui retourna juste un soudaine lassitude. 

« C'est bien ce que je pensais. »

Sans un mot de plus, elle retira le morceau d'adamantium toujours logé dans le torse du gisant, et l'égorgea d'un geste foudroyant.
Le métal quitta sa main, tombant devant les yeux morts.
Ingrid releva la tête vers les branchage et prit une nouvelle bouffée.

« Au moins maintenant tu sais pourquoi on m'appelle Roja... »

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   22.03.18 21:48


Impossible de savoir ce qu'elle avait pris mais l'efficacité de ce breuvage était certaine. Elle voletait malgré les flots de sang qui s'échappait de son corps. Pendant un instant Sylvan se dit que c'était un beau gâchis de ruiner ainsi son corps et après il se souvint de la délectation ressenti au moment ou il démembrait le pauvre mage gisant dans la poussière. Ils étaient fait pour cela, tous les deux. Alors que le cri du loup garou sonnait comme une douce musique les yeux de Sylvan s'éteignirent un peu. Il posa la tête de hache contre la sol souillée de sang et s'appuya un instant dessus, que c'était bon. Il regarda la fin de la mise à mort comme un beau spectacle de brutalité et de force. Ingrid avait gagné. Maintenant le tout était de panser ses blessures. Reprenant le frêne à pleine main il se fit violence pour rejoindre sa collègue fumant tranquillement contre son arbre après son dernier coup. D'un geste vif pour un homme en aussi mauvais état il abattit à nouveau son arme qui défonça la boîte crânienne du loup en provoquant un soubresaut, mais seulement sur le haut du corps. Il poussa un long soupir et ses yeux perdirent enfin leur teinte rouge pour revenir à leur gris habituel. Il s'installa à côté de sa collègue, lui vola une cigarette et souffla la vapeur grise vers le ciel de la nuit. Il restèrent ainsi, seuls en forêt, à contempler leur œuvre. De temps à autre la jambe gauche de Sylvan faisait un léger geste dans un bruit de rouage.

« Jolie combat Ingrid, désolé j'ai du m'absenter un moment. »

Plus nerveusement qu'autre chose le vieux mage laissa un rire s'échapper. Il toussa et ça lui fit un mal de chien. Il tâta son crâne et contempla son sang qui s'écoulait toujours. Un coup d'oeil vers sa collègue lui apprit qu'elle n'était pas dans une forme olympique. Son bras de métal avait même été attaquer et bon Dieu il n'avait jamais vu un ouvrage de la sorte. Une véritable œuvre d'art. Mais le temps n'était à l'ingénierie. Tirant tranquillement sur sa cigarette le mage était fatigué et il était cassé de partout. Chaque respiration était une torture. Il posa la tête contre l'écorce et réfléchit un moment. Pour le coup il ne pouvait pas faire grand chose en ce qui concernait leur blessure, il devait rentrer à l'école comme ça ou avec seulement un rafistolage de fortune. Sa botte était tombé, son pantalon était en lambeaux, les écailles d'adamantium brillait sous l'éclat de la lune. Le feu avait attaqué son maillot et seul quelques fibres de tissu maintenait l'étoffe en place sur ses épaules. Il avait oublié ce que ça faisait, de se sentir vulnérable. Jetant sa cigarette dans le feu d'une chiquenaude il reprit.

« Il faut que je perde cette habitude de finir à moitié déshabillé devant vous à chaque fois que l'on se voit, et vous de finir en sang. Au moins tu n'es pas en blanc aujourd'hui. Je peux arrêter les hémorragies mais pour le reste il faudra recoudre. Au travail. »

Après avoir donné une petite tape amicale sur le bras valide de son amie il prit ses appuis sur l'arbre et mit cinq bonnes secondes à se lever. Il conjura sa belle rapière de venir et la pointa vers Ingrid en lui intimant de ne pas bouger. Il ne pouvait ressouder les os mais au moins réparer les vaisseaux. Une myriade d'étincelle recouvrait Ingrid et le mage chantait de sa belle voix grave. Une douce chaleur se distillait dans son corps, le sort décuplait les capacités de l'anesthésique et les flammes s'évanouirent. Le mage avait la tête qui tournait et il cru perdre l'équilibre un moment. Il fit quelques pas en arrière et se rattrapa au manche de la hache toujours planté dans le loup garou. Retirant l'arme il s'en servit comme d'une canne et revint vers Ingrid avant de lui tendre sa main de métal pour l'aider à se lever.

« Il faut y aller Ingrid, ils ne sont peut être pas venu seuls. Nous compteront les points à l'école. Appel Soyo et quittons ce charnier. »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   23.03.18 2:06

Ingrid ne pouvait plus bouger. Sa jambe fracturée, son dos aux vertèbres précaires, ses multiples os déplacés, le métal enfoncé dans sa chair... Et tout ce putain de sang.
Elle ne pouvait plus ignorer la douleur à présent. Le moindre de ses membres étaient cloués par la souffrance.
Et par le vide.

L'adrénaline était retombée avec la violence d'un marteau, laissant la guerrière lessivée jusqu'à l'os.
Alors que la fumée s'échappait de ses lèvres et que le mage se laissait lourdement tomber près d'elle, elle observa le champ de bataille.

Elle se rappelait plus que jamais pourquoi elle avait renoncé, deux ans plus tôt, à tout ce merdier.
Ça n'avait aucun sens. Rien de tout ça, les morts futiles au nom du plus fort, de la gloire du meilleur et au fond du plus con.

Le frère d'un mort. Dimitri aussi, peut-être ? Ou le père, ou le fils...

Seul son bras métallique s'activait sans gêne, sa mécanique à l'air cliquetant discrètement alors qu'il traçait le chemin de la cigarette. La protection de l'avant bras avait volé en morceaux.
Pas de doute, Udriq allait l'étrangler.

« Il faut que je perde cette habitude de finir à moitié déshabillé devant vous à chaque fois que l'on se voit, et vous de finir en sang. Au moins tu n'es pas en blanc aujourd'hui. Je peux arrêter les hémorragies mais pour le reste il faudra recoudre. Au travail. »

La jeune femme eut un rire douloureux, crachotant un peu de sang qu'elle essuya d'un revers las. Ses yeux scrutèrent le mage pour la première depuis la fin du combat, et une fois de plus, ce n'était pas beau à voir. Pas pire qu'elle, cependant, ou du moins elle l'espérait.

Ils avaient l'air de deux épouvantails ensanglantés, cassés de partout. Deux naufragés des batailles échoués sur leurs blessures.

Lorsque Sylvan se leva et pointa sa rapière sur elle, elle n'eut pas la force de protester et le laissa faire. Ses paupières se fermèrent et la douleur s'apaisa le temps d'un chant, cette belle voix grave qui résonnait étrangement en elle.

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, la douleur revint et elle le vit chanceler, sacrément mal en point. Elle sentait juste que le sang ne coulait plus. Au moins elle ne se viderait pas comme un porc.

« Il faut y aller Ingrid, ils ne sont peut être pas venu seuls. Nous compteront les points à l'école. Appel Soyo et quittons ce charnier. »


Ingrid secoua doucement la tête. Un vrombissement lui parcourait le crâne et elle cligna des yeux pour chasser les tâches noires qui voletaient devant.

« Y a plus personne, Sylvan. »


Nan, plus personne. Quatre morts dans une clairière, cadeau aux charognards.

« C'était un foutu traquenard pour une guerrière esseulée.»

Elle tourna la tête vers les corps laissés par le mage, désarticulés en pantins moribonds. S'il n'avait pas été là, elle serait morte à coup sûr.

« Ils vous avez juste pas prévu dans l'équation.»

Cette dernière phrase avait un goût de ricanement ironique. Elle n'avait pas voulu le mêler à tout ça, et voilà qu'elle lui devait la peau.
Ingrid tira une dernière fois sur sa cigarette et la jeta dans l'herbe mouillée de sang, avant de basculer la tête contre le tronc.

Toutes ces conneries sans but, elle avait essayé de s'en éloigner. Mais le monde de l'ombre ne lâchait pas facilement ses enfants, et le prix était encore loin d'être payé...

_________________
Carpe Diem (avec du café).


Dernière édition par Ingrid Koothran le 24.03.18 0:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   23.03.18 22:28

Sylvan resta interdit quelques instants. Elle avait raison, il n'y avait plus personne ici, à part des morts. Il laissa naître un demi sourire sur ses lèvres et regarda un peu autour de lui. Un désossé, un démembré, un brûlé et un noyé. Nan il n'y avait plus personne ici. La clairière était purement et simplement ruiné, des arbres gisaient ça et là, la foudre avait brûlé le sol et l'hémoglobine avait teint le reste en rouge sang. Non il n'y avait aucun danger à rester assis quelques minutes et profiter un peu d'être en vie. Sylvan n'y avait même pas penser, jamais il n'avait pris le temps d'observer ainsi le théâtre d'un combat autrement que pour trouver des indices. Il regarda à nouveau Ingrid, le sang séchait à présent que les blessures étaient refermer. Ses vêtements était maculé de sang, son bras en charpie, sa jambe en lambeaux. Si elle dormait on l'aurait cru morte. Sa chevelure rousse collé à son front par la sueur et le sang encadrait un visage tuméfié qui mettrait quelques jours à reprendre forme humaine, quel gâchis. Qu'est ce qui était arrivé pour la convaincre de se battre dans une arène contre des brutes dans ce genre.

Le mage fit rouler les muscles de son épaule mais sa respiration était de plus en plus en difficile. Peut être deux côtes étaient brisé finalement mais à coté de sa collègue sa situation était enviable et il semblait désolé de ne pas pouvoir faire plus. La magie qu'il avait utilisé n'était pas sans conséquence. Quelle importance. Il avait posé le genoux à terre devant sa collègue et après l'avoir interrogé du regard palpa calmement sa jambe meurtrie. Au vu de la déformation elle était salement brisé, trop proche d'une artère, elle ne se remettrait jamais totalement.

« Je vais réparer cette jambe Ingrid mais il est possible qu'après cela je ne sois plus aussi vaillant qu'avant. C'est normal pas besoin d'avoir peur. Mais si je ne répare pas cela maintenant tu marcheras désormais sur trois jambes. »


Le ton ne souffrait d'aucun reproche et à vrai dire il ne lui demandait pas son avis. Il traça quelques runes dans la poussière et invoqua la plus belle dague jamais vu. Parfaitement réalisée elle était aussi noir que l'ébène avec des reflets dorés. Il fallait quelques instants pour réalisé que ce n'était pas du métal mais bien un poignard taillé dans une roche plus que spéciale. Tout en commençant à tracer des runes avec celle ci il commença à expliquer.

« Tu vois Ingrid la magie est une science compliquée qui dépend surtout de la force de son porteur. Plus tu deviens vieux plus tu es endurant mais moins tu es fort. Voila pourquoi j'ai tourné de l'oeil avec Gabriel, j'étais arrivé au bout de ma force. »


Prudemment le mage tenta de retirer la botte mais l'opération s'avérait impossible sans faire souffrir celle qui la portait. Découpant méthodiquement la chaussure avec un sort basique mais  parfaitement exécuté il finit par la retirer sans aucune douleur et remonta le pantalon pour dévoila la jambe et ce n'était pas beau du tout. La fracture était ouverte et sans sa potion d'anesthésie elle n'aurait jamais tenue.

« Néanmoins il existe certaines techniques pour contourner ce problème. Avec de l’entraînement on peut tromper la magie et l'obliger à puiser autre part. »

Il saisit la dague à pleine main et murmura quelques incantations dans un langage étrange qui ressemblait à de l'elfique mais en plus rugueux. Le feu sembla s'éteindre peu à peu jusqu'à n'être qu'une lueur. Une douce vague de bien être enveloppa Ingrid et même si la douleur semblait s'accentuer pendant de longues secondes il s'agissait seulement de son corps qui réagissait au replacement des os de sa jambe. Sylvan transpirait à présent, sa respiration était sifflante et chaque syllabe semblait être une torture. Alors qu'il terminait sa mélopée il laissa sa tête aller en avant quelques secondes, il reprenait son souffle. Sa main de métal déposa une jambe neuve sur le sol de la forêt et la dague disparue, rendant au feu de joie toute sa vigueur, sa lumière et sa châleur.

Le mage releva la tête et sourit à Ingrid, un sourire qui était sans doute le plus heureux qu'il lui ait donné. Un mélange de fierté et de satisfaction avait remplacé la fatigue. Toujours ce sourire aux lèvres il lui indiqua que sa jambe ne risquait plus rien et dégagea de son visage la touffe de cheveux blancs qui avait pris place devant un visage qui avait pris quelques années en une poignée de secondes.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   29.03.18 0:41

Elle avait essayé de protester, remuant sa jambe douloureuse, mais Sylvan ne l'avait pas écoutée.
Foutu mage borné. Elle n'était pas en état de piger ses explications et lui pas en état de jouer les sauveurs.
Il s'en fichait, et elle le savait.

Et maintenant Ingrid n'aimait pas ce qu'elle voyait. Elle espérait qu'elle voyait mal, et que cet imbécile n'avait pas vraiment fait ça. Qu'il n'avait pas vraiment sacrifié un peu de sa vie pour une foutue jambe, pour elle.

Serrant les dents sous la douleur, elle se décolla du tronc pour se pencher vers le mage et tendit sa main pour frôler son visage. Ses doigts, engourdis, sentaient malgré tout la réalité des rides nouvelles. Ils remontèrent effleurer une mèche blanche.
Ce n'était pas la fatigue, encore moins une illusion.

Bordel de merde, Sylvan...

Son dos lui faisait un mal de chien, ses vertèbres tiraillées lui bousillaient les cervicales. Sa tête tournait sous l'effort. Elle prit une inspiration avant de finalement poser son front sur l'épaule du mage à côté, vaincue par la douleur, par la fatigue, par la frustration de ce qu'elle venait de voir. Par le contrecoup de cette nuit de merde.

Ses paupières se fermèrent un instant alors que sa main retombait en tapant du poing sur l'autre épaule.

« Putain Sylvan... Refaites jamais ça... »

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   11.09.18 17:21


Le poing d’Ingrid frappait doucement l’épaule de Sylvan. Si elle avait voulu elle l’aurait sans doute déboîté. Ces coups étaient curieux, teintés de remerciement, de regrets et de colère. Le mage essaya d’expulser l’air de ses poumons mais ça lui était impossible. Il fit disparaître la dague et passa son bras en métal dans le dos de la jeune sans pour autant la serrer contre lui. Il sentait déjà les effets de son sortilège, peut être ce dernier s’atténuerait avec le traitement adapté. Il pouvait deviner les rides à la commissure de ses lèvres et de ses yeux, peut être certains cheveux s’étaient teintés de gris. Au moins, cette fois avait il réussit.

À genoux, Ingrid sur son épaule il était aussi bien qu’on pouvait l’être dans son état. L’épaisse chevelure rousse recouvrait le métal de son bras et pendant un bref instant il se trouvait normal. Le calme de la nuit était revenu et même une harde courrait dans les sous bois derrière eux. Naturellement sa respiration se calait sur celle de son compagnon et son bras métallique envoyait des reflets en montant et descendant à chaque mouvement respiratoire. « Ne néglige jamais une victoire Schatz ». Elle avait raison, elles sont bien trop rare. Il ferma les yeux un instant et profita de l’instant, engloutissant le plus d’air frais possible dans ses poumons. Il aurait voulu que l’instant ne termine jamais cependant rien n’est éternel et l’état d’Ingrid l’inquiétait et elle avait besoin de repos. Retirant son bras de son dos il tira une mèche rousse pour voir son visage et se força à sourire.

« Il faut penser à rentrer Ingrid. Je doute que personne ne soit prévenu de ce combat et demain ils viendront compter les points. »

Posant la main sur l’épaule droite de la jeune femme il l’écarta de lui et la regarda quelques secondes. Il restait un peu de sang mais son regard avec retrouvé cette vigueur propre aux guerriers. Il suffirait simplement de recoudre les plaies restantes et laisser le temps effacer les restes de ce piteux combat. Le temps, précisément ce qui lui manquait. Dans un effort supplémentaire il fit jouer les engrenages de sa jambe et se remis sur ses pieds avant d’aider Ingrid à faire de même. Quelque chose manquait au tableau.

« Ou est Soyo ? »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   13.09.18 0:46

Ingrid avait les yeux ouverts, elle le savait. Et pourtant, pendant un instant, une seconde, un millénaire, elle ne vit plus rien, perdue ailleurs, loin dans le frottement des feuillages, du crissement des étoiles. Rien n'était calme, tout se mouvait vertigineusement. Puis elle cligna des yeux et le monde revint

Sous sa tempe, le tissu écharpé frottait légèrement. La respiration du mage était grave, profonde, un peu essoufflée. Une partie d'elle voulut s'obliger à relever la tête, et l'autre se demanda pourquoi. Plus d'ennemis à démonter, la fatigue qui pesait son poids et l’épaule de Sylvan sous elle.
Une épaule plus solide encore qu'elle ne l’avait cru, peut-être.

Son corps retrouvait pied, la douleur revissait son être à chaque meurtrissure, forçant le moindre souffle. Pour la première fois depuis toujours, son bras lui semblait un peu lourd.
Pouvait-elle prétendre avoir encaissé plus dur ? Pas loin, mais pas sûr.

Sa respiration, difficile, était en écho à celle de Sylvan. Elle n’avait pas choisi la position la plus propice. Mais le monde semblait figé, et à cet instant, malgré la souffrance de chaque contrecoup, malgré toute cette nuit de merde, pour rien au monde elle n’aurait bougé.
Puis une mèche quitta son champ de vision.

« Il faut penser à rentrer Ingrid. Je doute que personne ne soit prévenu de ce combat et demain ils viendront compter les points. »


Eh, retour à la réalité.
Ingrid releva légèrement la tête, ménageant sans succès ses cervicales abîmées.
Elle retourna le même sourire, un goût de bile sanglante dans la bouche.

« Pas faux. »

Son corps ne rechigna pas l’aide du mage quand il fallut se remettre sur pattes. La jambe réparée aidait pas mal à l’effort, elle devait le reconnaître.
Alors qu’elle s’appuyait contre le bras de son collègue pour se maintenir debout, celui-ci posa une question des plus pertinentes.

« Où est Soyo ? »

Ah oui, Soyo… Putain oui, Soyo !

La guerrière siffla entre ses dents. L’oreille attentive, elle chercha le mouvement des fourrées agitées, le son des brindilles cassées au passage de la massive boule de poils.
Rien. C’était pas normal, rien.

Elle siffla à nouveau, plus fort. Un son indistinct perça sur sa gauche. Elle se retourna, ses muscles meurtris se tendant déjà.
Un grondement sourda finalement entre les buissons. Long, nerveux. Furieux.
Et merde.

Les dents serrées par le supplice de ses vertèbres, Ingrid fit signe à Sylvan de ne pas bouger, puis s’agenouilla. Sa voix rauque appela Soyo alors que la silhouette du berger allemand se distinguait dans l’ondulation mourante du feu.
Ses crocs dénudés menaçaient sous la léchure des flammes, son pelage était humide, assombri par un sang brun. Il s’avançait, tassé, prêt à bondir à la gorge de la moindre ombre.

« Soyo… »

Il gronda encore, plus fort. Pas le choix…
Le bras d’adamantium se présenta devant lui. Un claquement agressif retentit entre les dents de la jeune femme. Effet instantané.

La charge du lycanthrope lui parut presque anodine quand son dos encaissa l’attaque. Putain, il pesait son poids le bougre...  Le souffle vif, haché, ses dents rongeant le métal, il semblait au bord de l’implosion.

« Du calme, mijo, du calme… »

Son bras libre passa doucement autour du cou de Soyo. Il expirait bruyamment, le cœur battant à tout rompre. Elle caressa lentement les poils ensanglantés, clignant des yeux pour chasser les points noirs qui revenaient à la charge. La sueur lui poissait la tempe comme une peau de malaise.
Soyo tremblait.

Resserrant sa prise, elle plongea son visage contre le col du berger allemand, ignorant la crasse du pelage, et y resta.
Lentement, les muscles de Soyo se détendirent. Ses mâchoires cessèrent leur lutte contre l’adamantium, et il vient à son tour nicher son museau contre l’épaule de sa maîtresse adorée, implorant son pardon en gémissant.

« Bon chien, Soyo, bon chien… »

Bon chien.
Ingrid inspira longuement. Une fois, deux fois. Manquait plus qu’il lui ait porté le coup de trop. Une légère toux lui échappa, et elle sentit un peu de sang couler au coin de ses lèvres.

« Désolée Sylvan, vais encore avoir besoin d’un coup de main… »

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   13.09.18 18:53

Une fois sa question posée Sylvan s’était dit que le pire était passé. Le chien allait venir, son air affectueux et trottant gaiement pour revenir vers sa maîtresse. Visiblement il se trompait. On aurait pu croire qu’une bête sauvage se mouvait derrière le feu qui dansait tranquillement. Ingrid fit signe à Sylvan de ne pas bouger. Reculant de quelques pas le vieux mage traîna sa carcasse à deux bons mètres de sa collègue qui se faisait littéralement sauter dessus. Soyo montrait un visage qu’il n’avait jamais dévoilé. Derrière la peluche qui suivait sa belle rousse se cachait un chasseur redoutable. Les crocs qui tentaient de broyer l’adamantium le prouvait bien. Pendant un instant il esquissa un geste pour venir en aide à sa collègue mais voyant les gestes bienveillant apporté au canidé il se retint. L’animal se calmait et retrouvait son attitude naturelle. A présent Sylvan pouvait voir les blessures de l’animal, comment avait il fait cela ? Peut être l’ectoplasme ? Peut être lui dans sa folie. Difficile de savoir. Mais à cet instant ce n’était plus le chien qui l’inquiétait. D’une démarche difficile il franchit l’espace le séparant d’elle et se jeta au coté de son flanc droit. Il passa son métallique dans son dos et essuya le sang qui coulait à ses lèvres.

Le genoux droit à terre, la jambe gauche tendu il essayait de garder la jeune femme en état de se redresser. Le choc devait avoir été plus violent qu’il ne l’avait cru. Retirant à nouveau le sang de son menton il laissa échapper un grognement.

« Rentrons tant que nous le pouvons encore. »

Agrippant fermement la jeune femme sous les côtes il se releva dans un bruit de métal et de rouage. Même si elle était courageuse elle perdait rapidement ses couleurs pour gagner ce teint gris propre aux malades mais également aux mourants. Il lui fallait des soins et vite. L’infirmerie ? Trop compliqué, on lui poserait des questions, on chercherait et on la renverrai. Ce genre de combat ne finissent jamais.

Pas après pas, pierre après pierre, fossé après fossé les deux compagnons cheminaient lentement dans la forêt. Le chien lui semblait les suivre sans trop de difficultés mais restait alerte tout en traînant la patte. Sylvan n’avait pas lâché Ingrid qui posait à peine les pieds au sol, elle restait silencieuse si l’on exceptait le sifflement de sa respiration. Ses cheveux de feu contrastait avec la blancheur de son visage, visage qui paraissait de plus en plus pâle. Le vieux claudiquait à peine forçant son genoux de bronze à se plier correctement dans un clic-clac sinistre.

« Ne t’inquiète pas nous sommes presque arrivé. »


Alors que son regard se portait sur le toit de la vieille tour presque effondrée du pigeonnier qui jouxtait le mur d’enceinte il avait peur. Cette peur de revivre une scène connue. Non ça ne pouvait arriver. Chacune de ses respirations superficielles semblait vouloir lui dire de ne pas s’inquiéter. La sueur qui inondait son front pendant cet effort lui disait le contraire et Ingrid pesait de plus en plus lourd.
Arrivé au mur il se reposa quelques secondes et pris une grande et douloureuse inspiration. Ses yeux se posèrent sur son compagnon qui lui souriait faiblement.

« Quelques mètres et tu pourras t’allonger, en avant. »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   14.09.18 0:36

Chaque pas était un calvaire. Pas moyen de voir où elle mettait les pieds, non pas que ça fasse une grande différence.
Mâchoires serrées à s’en péter les dents, Ingrid ne pipait pas un mot, ne relâchant la pression que lorsque sa cage thoracique lui rappelait copieusement les affres du combat. Très souvent ; trop.

Si on lui avait dit que son propre chien lui porterait le coup de grâce, elle ne l’aurait pas cru. C’était con pourtant, si ça n’avait pas bougé, pas autant…
Soyo marchait derrière eux, elle le savait. Le pauvre. Il voulait juste la suivre, comme toujours depuis six ans. Il n’avait jamais quitté ses talons, toujours à garder ses arrières.

La démarche lourde de Sylvan la portait, elle ne reposait plus que sur la force du mage pour avancer encore un peu. Pourtant elle essayait de tenir. D’y croire.
Il était mort d’inquiétude, c’était évident. Pas besoin de le voir.

Elle avait voulu l’interpeller, lui dire que tout irait bien, qu’il en faudrait plus que ça, mais toute son énergie était déployée à ne pas s’évanouir, malgré la brume qui envahissait ses yeux, malgré le son de tambour dans ses tympans, douloureusement obsédant, malgré ses pieds qui suivaient à peine.
Penser à quelque chose. Fixer un point. Quoi ? Lequel ? Mama ? Non, autant se jeter contre un arbre. Ses frères. Mijaël, borné comme du béton, des claques qui se perdaient. Non. Sorim, et sa lettre étrange, pressée. Ils allaient bien, ils devaient aller bien.
Raùl. La musique, le chant dès le matin.

Une voix grave remontait au fond ses souvenirs, Papa dans l'abîme de son atelier, puis plus profond, longeant les cavernes du Val, un chant unique de milliers de gorges, l’appel de l’arène.

La guerrière secoua la tête. Trop de sang, casse-toi. Trop de conneries, trop de combats.

La voix poursuivit sa route, un simple chant autour d’un feu, qui ça ? Puis plus proche, plus familière. Sylvan ?

Une secousse la ramena d’un coup. Le mur d’enceinte, pas loin. Le mage avait dû la porter bien plus qu’elle ne le pensait.
Elle lui en devait plus d’une, maintenant. Encore fallait-il qu’elle arrive quelque part.
Les vertèbres en vrac, ça rendait défaitiste.
Pourtant Ingrid lui sourit, faiblement, doucement. Désolée, Sylvan. Vraiment.

« Quelques mètres et tu pourras t’allonger, en avant. »

Ouais, en avant. Garde ça en tête, Roja. En avant.

Ils entrèrent dans un bâtiment délabré, une sorte de pigeonnier.
Des plantes grimpantes partout, un sol aussi défoncé qu’elle.

Elle sentit Sylvan ployer, la rapprocher du parquet rèche le plus délicatement possible. Son corps se laissa tomber, ne cherchant pas à se soutenir lui-même. Son dos hurla au contact du bois, ses paupières se fermèrent avec violence. Oh putain…

Quand elle rouvrit les yeux, le visage vieilli de son collègue la dominait, rongé par une angoisse qu’elle ne pouvait que comprendre.
Sa main alla, sans trop qu’elle sache pourquoi, le toucher du bout des doigts.

« Ça va aller… Je vais pas… »

Une vague de douleur lui remonta l’échine comme du venin. Elle grogna, livide.

« Crever. »

Elle prit une grande inspiration, fermant les yeux pour canaliser la douleur. Besoin de se concentrer.
Bon sang, elle haletait comme un chien, pire que Soyo.
Une truffe humide se pressait contre son épaule, ou peut-être pas. Tourner la tête était trop dur.

Son dos… S’il pouvait juste… Elle pourrait tenir…
Le sang coulait à nouveau de ses lèvres.

« Faut… Remettre en place… Au milieu… »

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   14.09.18 1:37

Il déposa Ingrid sur les planches vermoulues de la tour en ruine. Ses doigts glacés touchèrent la joue de Sylvan. Ça n’était pas à une caresse ni à un appel à l’aide, il ne savait comment la définir. Il se rapprocha un peu d’elle pour entendre ce qu’elle avait à lui dire mais rien de ce qu’elle disait ne le rassurait. De plus en plus faible sa voix ressemblait d'avantage à une plainte qu’à autre chose et cela l’affectait plus qu’il ne l’aurait voulu. Prenant sa main dans sa poigne métallique il la posa doucement sur son ventre avant de caresser sa joue du pouce. Sa voix se fit incroyablement douce et la plus chaude possible alors qu’il accrochait son regard avec le sien. Un sourire honnête fendit son visage et il essayait de dégager autant de sérénité que possible.

« Ne dis rien. Garde tes forces je vais arranger tout cela tu as ma parole Ingrid. Concentre toi sur ta respiration »

Sa main quitta son visage et sans arrêter de sourire il se tourna vers Soyo à qui il caressa la tête de la main droite. Le plus doucement possible il glissa une Ingrid gémissante sur son flanc gauche et passa dans son dos. Il posa sa main gauche sur son épaule et pressa légèrement comme pour lui faire comprendre qu’il était toujours là, les phalanges de métal se refermaient doucement sans la blesser, celle de sang et de chair avait une autre besogne à faire. Avec une douceur inégalable il releva le haut ternis par le temps et les blessures pour regarder son dos et jura du peu de lumière. Les torches à moitié moisies prirent feu instantanément comme pour ne pas le vexer. Lentement, du bas vers le haut ses doigts palpèrent la colonne vertébrale de sa collègue avant de s’arrêter sur la septième thoracique. Sylvan se racla la gorge et s’essuya le front. Il se pencha et murmura à son oreille tout en posant sa paume sur le renflement.

« Désolé pour ça »

D’un geste aussi sûr que précis ses doigts se refermèrent, sa paume s’enfonça et les murs tremblèrent. Soyo quitta sa place et se réfugia sous les restes d’une table quand sa maîtresse hurla de douleur pendant plusieurs secondes qui parurent une éternité. Du moins elles parurent ainsi pour le vieux mage qui examinait le visage grimaçant de celle qu’il avait accompagné.
Après ce coup de tonnerre le calme revint, seul les bruits du vents et de la nuit se faisaient entendre. Sylvan fit s’éteindre la plupart des torches et pris le poignet d’Ingrid, satisfait de ce qu’il percevait il souffla un moment. Elle n’était plus consciente à présent, cette dernière douleur avait eu raison d’elle. A quoi pouvait elle bien penser ? Sa respiration s’était calmée et elle paraissait presque paisible. Sylvan retira son t-shirt et s’appliqua a faire un bandage de fortune pour achever son œuvre de rebouteux amateur avant de s’asseoir derrière la tête de sa collègue. Jetant un œil vers le chien visiblement plus inquiet que lui il s’entendit penser à haute voix.

« Ne t’inquiète pas petit, elle s’en sortira je te le jure. »

Voilà qu’il parlait à un chien maintenant. Le plus doucement possible il replaça ses vêtement au dessus du bandage et se saisit de la jeune femme. Passant son bras autour de son cou il affirma sa prise dans le creux des genoux et se leva. Il siffla une fois et sorti de la tour, le chien sur ses talons.

***

Un timide rayon de soleil traversait la fenêtre ouverte pour mourir sur le lit. Allongé de tout son long dans la largeur Soyo grognait un peu en rêvant. A l’autre bout se trouvait une chevelure couleur de feu.
Après être sorti de la tour Sylvan était directement allé jusqu’à l’école, il avait alors déposé Ingrid sur son lit avant de lui laver le visage et ses plaies, placer un véritable bandage sur ses côtes, son dos et résorber les ecchymoses sur ses pommettes, ses lèvres et son front à l’aide d’un onguent. Il l’avait ensuite glisser sous les couvertures. Après une brève toilette il avait pris la place qu’il avait toujours en ce moment.

Assis dans le fauteuil qu’il avait rapproché d’elle il faisait passer ses doigts sur la joue du professeur. Depuis maintenant plusieurs heures il ne la quittait pas des yeux, guettant sa respiration, observant le moindre de ses soubresauts. Le mouvement des yeux sous les paupières lui indiquait qu’elle rêvait, au moins un bon signe. Il s’était changé mais avait laissé ses plaies fraîchement recousues de la nuit à l’air libre, ses côtes ne le faisait plus autant souffrir.  
Alors que le revers de ses doigts terminaient un de ces cycles régulier qu’ils effectuaient sur la joue intact d’Ingrid depuis plusieurs heures des yeux gris lui renvoyèrent son regard. Soulagé comme rarement il l’avait été sa voix grave glissa doucement vers elle.

« Salut… »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   15.09.18 0:25

« «Mierda ! Katia, ils viennent de quitter ma section.

Sa propre voix résonnait étrangement, plus abîmée par la cigarette que dans son souvenir.

-… Repérés. Je prends le relais. »

Un ton monocorde, mécanique. Katia agissait vite et parlait peu. Du moins il lui semblait.
Ingrid s’affala en arrière. Elle avait chaud. Le soleil était à mi-horizon, déjà ou enfin, elle ne savait pas vraiment. Elle était sur un toit, surveillant la place gigantesque en contrebas. Surveiller quoi… C’était si flou, pourtant elle aurait juré savoir quelques secondes plus tôt.
Une voix fragile s’éleva, et Ingrid la crut à ses côtés alors qu’elle était seule, perchée sur son immeuble.

«Où en sont les cibles ? Demanda Roxanne.
-J’ai perdu le visuel, mais elles sont passés dans la section de Katia. Je pense que… Attends ! »

Un couple traversait la place en courant, et la guerrière sut d’instinct que c’était eux qu’elle cherchait. Bondissant vers le toit le plus proche, elle ne put retenir un sourire. Comme toujours lorsque l’adrénaline éveillait son corps. Lorsque même ses jambes de métal semblaient pouvoir vivre.

Mais alors qu'elle passait le dernier saut, ce fut comme un gouffre. Un série de cliquetis métalliques et elle vit au ralenti tomber en miettes son bras et ses jambes. Et elle tombait elle aussi, dans le vide et en morceaux, un soleil bien plus bas qu'elle ne l'aurait cru narguant au-dessus d'elle.»


Il faisait noir, et chaud. La nuit ? Non.
Il fallut un temps à Ingrid pour comprendre que ses paupières étaient toujours closes. Ses membres, dormaient encore, lourds. Les souvenirs aussi.
On frôlait sa joue avec douceur. Qui… ?

D’abord elle vit le plafond, le même que sa chambre. Il faisait jour, la lumière lui piquait la rétine. Elle cligna des yeux. Le frôlement quitta sa joue et elle tourna la tête, pour trouver les yeux gris de Sylvan.

« Salut… »

Elle dévisagea un instant le mage, cherchant dans ses traits l’ancrage au monde qui lui manquait encore. Ses rides trop neuves et ce foutu sort, la fatigue d’une veille qui avait dû être longue. Le soulagement qui éclairait son regard avec une sincérité qui la toucha profondément.
Elle lui sourit, encore un peu brumeuse, mais percevant déjà tout ce qu’elle lui devait après cette nuit infernale. Sa voix était plus éraillée que d’habitude lorsqu’elle lui répondit :

« Salut... »

Une tornade velue sauta soudain hors du lit et Soyo s’approcha en gémissant de bonheur, sa queue balayant l’air avec l’efficacité d’une hélice.
Il fut récompensé par une caresse métallique, qui lui frotta brièvement la tête du bout des doigts.
Retenant un rire un peu douloureux, Ingrid commença à se redresser avant de stopper net. La douleur n’avait rien de celle qui l’avait poussé à bout, mais faisait quand même réfléchir à deux fois avant de s’agiter. Ses côtes donnaient l’impression de s’enfoncer.
S’immobilisant le temps de s’habituer à la douleur, la guerrière se tenait sur un coude, tournée vers le mage. Son dos pouvait bouger, c’était déjà bien mieux que ses derniers souvenirs avant le néant.

Presque néant. Ces rêves-là étaient rares, toujours étranges… Trop vrais.
C’était pas vraiment le moment d’y repenser.

Elle expira doucement, s’habituant aux restrictions de son corps, avant de se redresser un peu plus et demander :

« Combien de temps… ? »

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   17.09.18 16:57


Le vieux mage eut un léger mouvement de recul lorsque, tout poils dehors, Soyo alla dire bonjour à sa maîtresse. Tout semblait fonctionner c’était déjà. Il observa la jeune femme se mouvoir dans le lit, reprendre sa respiration et finalement se poser sur son avant bras. Il laissa lui même échapper une grande expiration et grogna légèrement avant de sourire.

« Quelques heures. Nous sommes seulement au milieu de la matinée. »

La fatigue de la veille commençait à se faire sentir et les pensées n’étaient plus vraiment très claires à cette heure là. Il posa sa main sur son bras en lui disant de se reposer avant de se lever et d’aller près de la fenêtre. Il sortit et s’alluma une cigarette tout en essayant de faire le point sur ce qu’il s’était passé pendant ces dernières 24 heures.

Pendant un instant il avait vraiment cru qu’elle ne s’en sortirait pas. Beaucoup de choses étaient remontés hier quand il l’avait ramener sur le sol de ce pigeonnier et un instant il avait même douté de son succès mais finalement tout allait pour le mieux. Dans quelques jours tout au plus elle pourrait reprendre une vie normale. Tirant tranquillement sur l’amas de tabac il débutait enfin une phase de détente, un toussotement lui échappa et il se racla la gorge. Il tâta quelques instants ses sutures qui suintaient légèrement et attrapa le premier chiffon venu pour essuyer la plaie. Il écrasa son mégot dans le cendrier de porcelaine. Soupirant un peu il revint vers le lit avec sa jambe presque raide ce qui rendait sa démarche assez comique il faut l’avouer. Reprenant sa place dans le fauteuil il déposa le briquet et les cigarettes sur le bord du lit.

« Qui étaient ces hommes Ingrid ? Ils ont bien failli vous tuer...J’ai besoin de certaines réponses. »

Il était un peu plus affecté qu’il ne l’aurait voulu. Son regard quittant les yeux de la jeune femme pour s’arrêter un instant sur les bandages de ses côtes et son visage tuméfié qui avait repris quelque peu forme humaine. Sans son ancien rituel sa jambe aurait été perdue et la guerrière y aurait sans doute perdue la vie. Pendant un instant il cru apercevoir une chevelure blonde au lieu de rousse mais c’était seulement le soleil qui lui jouait des tours. Sa main de métal saisit alors le drap et le jeta tranquillement sur son épaule dénudé.

« Je n’ai pas envie de t’enterrer dans les prochains mois alors que tu auras décider d’y aller seule cette fois ci. »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   19.09.18 0:00

Milieu de matinée... Ça aurait pu être pire. Bien pire, à l'air complètement vidé de Sylvan.
S'appuyant sur son bras de métal, Ingrid se redressa lentement pour s'adosser contre la tête de lit. L'oreiller était un petit plus appréciable.

Soyo posa sa tête sur les draps, vénérant son humaine de deux grands yeux amoureux. Sa gueule portait encore les traces de la nuit, marbrée des mêmes tâches brunes et sèches que le reste de son pelage. Il aurait probablement un paquet de croûtes pendant un temps, mais mieux valait ça qu’autre chose.

Ingrid le grattouilla gentiment tout en balayant la pièce du regard. La chambre ressemblait à la sienne, mais à y regarder les meubles n’étaient pas arrangés pareils, les livres volumineux qui trônaient sur l’étagère, entourés d’ustensiles divers, étaient parfaitement classés. Des vêtements sagement suspendus au dossier d’une chaise, un bureau à peu près rangé, et Sylvan, presque chaotique dans cet endroit trop net.

Elle le dévisagea, sa silhouette coupée dans la lumière matinale. De là les mèches grises pouvaient se fondre aux reflets, les rides aux ombres du contrejour, l’usure de la nuit imitait presque un réveil difficile. Les cicatrices, elles, n’en étaient plus que flagrantes.
Il avait encaissé bien plus que son lot. Il n’aurait pas dû être là. Ses problèmes étaient ses problèmes, il n’avait jamais été question d’y mêler un tiers. Surtout pas quelqu’un à qui elle tenait. Mais depuis qu’elle avait rencontré le mage, il fallait reconnaitre que certaines habitudes s’étaient vues chamboulées.

Et il lui avait sauvé la peau, deux fois dans la même nuit. Ni négligeable, ni oubliable.

Soyo posa ses pattes avant sur le lit, réclamant l’attention dont le mage le lésait.

« Qui étaient ces hommes Ingrid ? Ils ont bien failli vous tuer...J’ai besoin de certaines réponses. »

Eh, ça devait forcément arriver.
Le mage revint vers elle, lui jetant son paquet de cigarettes et le drap sur son épaule.
Ah, c’est vrai qu’à part les bandages…

« Je n’ai pas envie de t’enterrer dans les prochains mois alors que tu auras décider d’y aller seule cette fois ci. »

La guerrière prit le temps d’allumer une cigarette, fermant les yeux pour en savourer la première bouffée.
Elle pensa d’abord à contourner la question. L’état de Sylvan, le sacrifice qu’il avait fait pour elle, elle ne pouvait pas prendre le risque qu’il recommence.
Mais une fois de plus, elle lui devait la vie. Et avec, un peu d’honnêteté.
Il risquait d'être déçu, l’estime du mage comptait pour elle, plus qu’elle ne l’aurait cru. Mais bon, personne n’était sans fantômes ni démons.

Rouvrant les yeux, Ingrid fixa un instant le plafond avant de lâcher :

« Paraît que ma tête a été mise à prix par un certain Dimitri. »

Elle tira une nouvelle bouffée, puis tourna la tête vers son collègue.

« Ne me demande pas pourquoi ou comment, j’en ai aucune idée. Mais les gars de cette nuit avaient tout l’air d’être là pour ça. »

Et par vengeance. Ça et une jolie somme, c’était une belle carotte pour débaucher des cogneurs qui avaient assez de crocs pour venir la trouver.
Gloire, sang et argent, le trio gagnant des fonds d’arène, des manqués qui se retrouvaient coupes-gorges ou gorges coupées.

« Je n’ai pas fait que des belles choses en treize ans, Sylvan, et je mentirais en disant me rappeler tout ce qui a pu m’attirer des ennuis, ou tous les ennemis que j’ai pu me faire. Mais rien d’une ampleur pareille, ça j’en suis sûre.»

Sauf que Dimitri avait l’air de penser le contraire.
Elle ajouta pour elle-même.

« Du moins je l’étais… »

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   19.09.18 16:24

De l’air, du combustible et une flamme. Voilà tout ce qu’il faut pour découvrir cette belle fumée qui enveloppe la guerrière à ce moment précis. Si quelqu’un voyait la scène de l’extérieur, une femme cachée par un drap fumant une cigarette renvoyant son regard à un homme torse nu assis sur le lit on aurait pu croire à tout autre chose. En se rapprochant on distingue nettement les accroc sur la peau du dos de l’homme comme autant de témoins d’une nuit endiablée, mais pas dans le sens où nous l’entendons. En renversant le champ l’affaire est nettement plus précise. Recousues à la hâte certaines blessures suintent encore à quelques endroits mais ce qui frappe le plus est le regard de l’homme sur cette femme assise en face de lui. Un mélange de contentement, de soulagement et d’affection.

Sylvan écoute attentivement sa collègue. Ce qu’il entend ne le surprend guère. Le monde des combats n’est pas remplis d’enfants de chœurs sinon tout le monde ferait des combats clandestins. En y repensant il avait le beau rôle dans cette histoire, elle n’avait pas fait attention à ce qui était arrivé. Du moins il l’espérait. Il revit le visage de ce jeune mage l’implorant. Quel âge avait-il ? Vingt ans, peut être moins. Il jeta un regard vers ce qu’il restait de son t-shirt à terre, il était rouge de sang mais pas seulement le siens. Il se força à sourire et hésita à approcher sa main de l’épaule de la jeune mais déguisa son geste en prenant finalement le paquet de cigarette sans pour autant en prendre une. Sa voix se fit plus grave comme couverte par les affres du temps.

« Nous avons tous fait des erreurs Ingrid, je ne te blâmerais pas pour cela. J’ai sûrement fait autant de mal que toi. Mais si quelqu’un venait à vouloir ta tête ce serait idiot de vouloir l’affronter seule. Cette école a bien failli te perdre cette nuit »


Doucement il ouvrit enfin le paquet pour tirer une cigarette qu’il remit dans le paquet.

« Et moi aussi. Ce serait dommage après m’avoir sauvé la vie avec ce gamin. »


Il resta un moment immobile juste à la regarder, guettant sa respiration qui s’améliorait de par sa position assise. Tellement de sang pour une simple bourse. N’y avait il rien à sauver chez les êtres qui parcourait le monde ? Visiblement non. Alors qu’il observait la cage thoracique se lever et retomber d’une manière presque normale il réfléchissait. Comment avoir Dimitri, comment savoir ou il allait frapper et par qui ? Ses pensées furent interrompues par sa propre conscience qui lui rappelait ce qu’il était alors qu’il détaillait le visage d’Ingrid malgré ses ecchymoses. Il secoua imperceptiblement la tête comme pour faire s’effondrer toutes l’architecture intellectuelle qu’il s’inventait. Il se leva et ouvrit la porte de son armoire. Il saisit un maillot avant de se rendre compte que son vieux cuir était sans doute perdu, laissé sur place. Après s’être raclé la gorge il poursuivit en s’habillant avant de regarder par la fenêtre. Malgré les évènements de la nuit il semblait en bonne forme, développait un ton plutôt enjoué qui était jusque là inconnu à Ingrid et termina sa phrase sur le regard de sa colocataire du jour.

« Je pense à m’absenter pour un moment. Régler des affaires familiales. Peut être pourrais je joindre des anciennes relations ils auront forcément entendues parler de quelques choses, qu’en penses-tu Eda ? »

Il resta interdit pendant une ou deux secondes tout au plus avant de déglutir le plus discrètement possible. Les mots se bloquèrent dans sa gorge avant de reprendre son timbre de voix habituel.

« Désolé...la fatigue. Je te laisse te reposer tu en as besoin. Je te ramènerai de quoi manger. »

D’un pas beaucoup moins sûr il se dirigea vers la porte.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 33
Messages : 402

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   19.09.18 23:27

Aoutch.
Le mage, à la posture si ferme quelques instants plus tôt, semblait déstabilisé par ses propres mots. Il se rattrapa maladroitement :

« Désolé...la fatigue. Je te laisse te reposer tu en as besoin. Je te ramènerai de quoi manger. »

Ingrid hocha la tête, sans un mot.
Eda. Elle se souvenait de ce nom, déjà prononcé par un Sylvan dans le coltar, et ce dernier lapsus avait le mérite d'être révélateur.
Qui qu'elle fut elle devait sacrément lui manquer, et la guerrière avait l'impression d'usurper sa place.
Elle n'avait jamais remis en question la présence du mage à ses côtés, étonnamment naturelle pour une guerrière esseulée jusqu'à l'os. Mais fallait croire que même ça n'était pas aussi simple...

Voyant son collègue fuir plus qu'il ne s'éloignait, elle lança sur le ton le plus tranquille possible :

« Je vais te piquer la salle de bain, si ça te gêne pas.»

Joignant le geste à la parole, Ingrid força ses jambes à quitter les draps. Ses pieds rencontrèrent le sol froid, alors qu'elle restait assise le temps que ses muscles fassent le bilan entre les meurtris et les paresseux. Un tour un l'infirmerie un de ces jours ne serait pas du luxe.
Soyo attendait presque sagement les instructions de sa maîtresse.

« Ah et Sylvan... »

Il y avait un mot qu'elle voulait que le mage entende. Elle détailla ce visage qu'elle appréciait, dans lequel elle avait appris à lire plus qu'il ne voulait croire, et lui adressa un sourire, probablement peu glorieux dans ses traits abîmés, mais qu'elle voulut véritable.

« Merci. »

Quand il fut sorti, sa tête bascula en arrière et ses yeux se fermèrent. Portant la cigarette à ses lèvres, elle soupira un nuage de fumée. Malgré sa sieste prolongée, elle sentait la fatigue revenir. Pas juste son corps éprouvé qui réclamait merci, mais quelque chose de plus profond.
Treize ans de vadrouille lui retombait sur la gueule, et elle en payait maintenant les conséquences. Combien de temps avant la prochaine lettre de duel, la prochaine menace ?
Tant qu'ils pouvaient remonter sa trace jusqu'ici, elle mettait en danger l'école. Y laisser sa peau était une chose, elle ne s'était jamais attendue à faire de vieux os, mais celle de ses élèves avaient une toute autre valeur. Celle de Sylvan aussi, malgré ce qu'il semblait en penser.

Après un effort pour se lever, son organisme au ralenti forcé, la guerrière se dirigea vers la chaise où l'attendait ses affaires.

Huh. Son débardeur avait officiellement franchi la limite entre un vêtement et un torchon de grange.
Un instant pensive sur le tissu multicrasse, la guerrière tourna la tête vers l'armoire de son collègue.  
Un maillot de moins, ça n'allait pas lui manquer tout de suite, non ?

Le sang sec qui lui collait la peau, la sueur tarie qui s'était ajoutée lui donnait envie de se plonger au fond du lac. Mais bon, une douche suffirait.
Après avoir piochée dans l'armoire, direction la salle de bain, Ingrid s'arrêta brièvement devant la fenêtre. Le soleil léchait son visage à travers la vitre, dans un ciel aux nuages pâles. Un soupir, puis un sourire.
Elle avait bien envie de savourer un peu le fait d'être en vie pour quelques temps encore, au moins.

_________________
Carpe Diem (avec du café).


Dernière édition par Ingrid Koothran le 12.10.18 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 104

MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   20.09.18 13:39


Le pas lourd s’en alla vers la porte et répondit par l’affirmative en entendant la première phrase d’Ingrid. Il posa sa main sur la poignée alors qu’elle lui demandait un peu d’attention. Il tourna la tête vers elle et la vit sourire franchement malgré ses chairs meurtries et rien que cette image valait les peines encourues cette nuit. Il lui renvoya son sourire en ayant un air beaucoup moins sombre qu’à l’accoutumé.

« A ton service. Je reviens vite. »

Sans plus de cérémonie il passa le battant de chêne qui le séparait du couloir. Inondé d’une lumière naturelle mise en avant par le peu de poussière en suspension le mage souffla après avoir fermé sa porte. Comment avait il pu dire ça ? Qu’est ce qui lui avait pris ? Ça faisait vingt ans à présent il serait temps de tourner la page. Il se massa un peu le haut de la jambe gauche et alla jusqu’à l’escalier. Une fois à l’air libre il jeta un coup d’œil vers sa fenêtre avant de se mettre en route vers la ville toute proche. Encore un autre jour au paradis finalement.


Deux petites heures plus tard la poignée se mouvait à nouveau sur la porte. A l’intérieur de la chambre rien ne troublait le silence, à part peut être la respiration de Soyo qui grognait de temps à autre dans ses rêves. Le plus discrètement possible il entra dans la pièce et regarda autour de lui. La fenêtre était à nouveau ouverte et laissait entrer une fraîcheur plus que bienvenue. Les vêtements souillé d’Ingrid n’avaient pas changé de place. Elle était tranquillement allongée sur le lit, sur le flanc. Tête sur l’oreiller, les jambes légèrement pliées, elle semblait paisible. Ses cheveux humides avaient laissé un peu d’eau par terre et sur le coussin, visiblement elle avait été terrassée par la fatigue après être sorti. Il fronça un peu les sourcils en reconnaissant ce qu’elle avait sur le dos et sourit avec plus de tendresse qu’il ne l’aurait voulu. Au moins personne ne le voyait. Juste à coté d’elle, collé à son dos l’épaisse fourrure du canidé semblait vouloir faire comprendre au maître des lieux que c’était bien son humaine sur ce lit et qu’elle n’appartenait à personne d’autre.

Calmement le mage déposa sur la table les quelques victuailles acheté plus tôt. Un peu de pain, du fromage et des fruits. Au moins cela calerait une dent creuse quand elle se réveillera. Il s’approcha d’Ingrid et passa le dos de sa main sur sa joue encore blessée, alors qu’une lueur bleutée s’éveillait dans ses yeux le renflement se tassa, seul l’ecchymose violacée subsistait à présent. Un simple sort de base et la tête lui tourna. Dans des gestes mesurés il pris place sur le fauteuil à coté du lit et alluma une cigarette. Peu de tête après il s’endormait dans sa position.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le spectacle de l'ombre (pv Sylvan)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin printemps 1187 - Spectacle Ombre et Lumière
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» [Pays du Thé] - [Menue Tâche] - Nées pour le Spectacle
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maegisteria :: L'extérieur de l'école :: La forêt-
Sauter vers: