Bienvenue à la Maegisteria !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Devant la salle de classe [avec Sylvan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   20.06.15 0:22

Gabriel attendait que le professeur sorte de la salle.

Adossé contre le mur coté porte, il se laissait porter par la réflexion:

*La magie cognitive, il faut que j'en sache plus...*

Cette idée lui trottait dans la tête, il ne savait pas combien de temps il allait attendre, ni depuis combien de temps il attendait déjà. Le dernier élève était sortit depuis un petit moment, mais ainsi plongé ainsi dans ses pensées, il ne faisait pas attention au temps...


Dernière édition par El Caméo le 25.04.17 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   25.06.15 2:30



Ce cours avait été des plus intéressant. Il y avait eu du rythme et de l'envie de la part des élèves et c'est d'un air satisfait que Sylvan terminait de remettre en place le bureau qui finalement ne lui avait servit à rien. Un regard vers le feu et ce dernier mourut aussitôt, ne laissant même pas un tas de cendre seulement l'âtre vide et aussi propre qu'il l'était au début de son premier cours à la Maegisteria. Finalement il allait peut être se plaire dans cette école. Se retournant complètement il regarda la salle de classe totalement vide et nickel à présent. Tous les élèves était partit et seul restait le professeur au milieu de celle-ci, heureux de sa prestation et heureux de ses élèves. Un contrat parfaitement remplis en somme. Allons écrire un nouveau chapitre vous le voulez bien.

Le métronome de la jambe de métal se remit en marche et la lourde stature du professeur se remis en marche. Il sortit de la salle et prêta un regard fugace à l'élève adossé contre le mur avant de lui faire une petite reflexion.

« Ce mur n'a pas besoin de votre aide pour tenir debout il me semble Herr Dubois »

Le ton était sec, cassant. Il ne savait pas ou caser cet étudiant mais il savait déjà ce qu'il voulait lui demander, cela allait avoir un rapport avec la magie cognitive et c'était ça qui l'inquiétait. Personne ne pouvait s'intéresser à cette magie sans s'intéresser aux autres et la logique aurait voulu qu'un mage débutant s'intéresse d'abord aux deux premières façon de procéder qu'à la dernière mais bon. La porte claqua et d'un geste de sa main de chair le professeur fit apparaître un sceau sur la poignée avant que ce dernier disparaisse aussitôt affirmant que la salle était maintenant parfaitement hermétique à toute intrusion. Il fit un quart de tour sur lui même pour se trouver face à son élève et le regarda un peu mieux. Evidemment sa posture avachis et le manque de sévérité dans ses yeux faisait comprendre qu'il n'était pas encore un guerrier. Un véritable combattant aurait conserver son aspect martial dans le cours et en dehors finalement ce n'était qu'un simple étudiant.

Néanmoins il n'arrivait pas à savoir à quelle race appartenait ce jeune homme, de l'extérieur on aurait dit un humain mais les apparences sont trompeuses et il est certain que celles-ci savent être utilisées à mauvais escient par les gens capable de les utiliser. Le souvenir cuisant d'un démon changeur de forme s'éveilla en lui mais il le repoussa très rapidement avant de s'adresser à nouveau au jeune homme.

« Herr Dubois vous m'avez laissé comprendre que vous vouliez me parler en privé, puis-je savoir de quel sujet brulant vous vouliez converser pour que cette entrevue soit à huit clos ? »

De son air le plus aimable possible Sylvan invita le jeune homme à suivre ses pas et il s'engagea dans le couloir pour se diriger vers la sortie.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   25.06.15 9:33

« Ce mur n'a pas besoin de votre aide pour tenir debout il me semble Herr Dubois »

Gabriel fut sortit rapidement de ses pensées par le professeur qui sortait enfin de la salle. Il se redressa rapidement quand la porte claqua, ramassant d'un geste vif les affaires qu'il avait laissé trainer par terre.

« Herr Dubois vous m'avez laissé comprendre que vous vouliez me parler en privé, puis-je savoir de quel sujet brulant vous vouliez converser pour que cette entrevue soit à huit clos ? »

Gabriel sentit bien que le professeur redoutait, sa question à moins que cela ne soit une appréhension du sujet même. Après tout le prof avait bien fait usage d'une sorte de télépathie pour avoir les noms de ses élèves...

"Oui Monsieur, je voulais vous demander plus d'information sur un point de votre cours..."

Gabriel emboita le pas au professeur. Il se doutait qu'il fallait réussir à bien choisir ses mots, s'il voulait savoir ce qu'il voulait précisément:

"Je sais que tout types de magie est utile que ça soit pour fixer ses pensées sur ce que l'on veut, par une phrases, un geste, ou une pensée assez forte pour se réaliser... J'admets que toutes m'intriguent mais une en particulier à retenue mon attention. Les deux autres ne sont pas non plus, non utilisables en combat réel, surtout pour un guerrier et souvent au corps à corps avec ses adversaires. Mais ses deux là sont plus facilement contrôlables, car si l'adversaire entend la phrase ou voit le geste qui va déclencher le sort, il peut agir plus rapidement et le contrer par un autre..."

Un léger silence qui dura que une ou deux secondes s’écoulèrent avant qu'il ne reprenne de plus belle.

"Il reste donc la magie cognitive. Si elle m'intrigue tant c'est d'un côté pour sa part stratégique, d'un autre côté pour le stade de concentration dont elle a besoin pour s'exécuter.
Je suppose que c'est un stade de concentration, ou l'on se contrôle parfaitement... Je voudrais savoir comment atteindre souvent et facilement ce stade?.."


Gabriel se doutait que c'était le même stade qu'il avait atteint lors de ses exercices. Le fil de ses pensées se stoppa net à la fin de sa phrase alors qu'il jetait un coup d’œil au professeur. Et s'il usait vraiment de télépathie? Cela pourrait lui être utile pour illustrer sa question. Après un petit moment où Gabriel ne pensais plus à rien, il ouvra son esprit totalement à tout ce qui l'entourait, et inonda d'images et de sensations le lieu, tel une cascade qui apparaitrait dans votre salon.
L'image d'un lac passible calme, la sensation de bien être, d'être soit...
L'air qui se frotte à son visage... Sa vision, sa force, sa vitesse, qui s'améliorent de manière peu naturelle au fur et à mesure de ses battements de cœur qui eux ralentissent. Puis l'explosion de ses sens...

Toutes ses pensées qui avaient surgies d'un coup, disparurent aussi subitement qu'elles avaient apparues. Pour quelqu'un qui a de l'expérience en télépathie, on ne pouvait capté à présent que la conscience de Gabriel et un fil de pensées stoppé, qui attendait une réponse.


Dernière édition par El Caméo le 25.04.17 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   25.06.15 19:19


Le professeur écoutait avec une attention relative son étudiant qui lui expliquait le pourquoi du comment de sa volonté d'en savoir plus sur la magie cognitive. C'est le problème d'avoir des guerriers dans un cours comme celui il ne voyait que le coté pratique de la chose mais il n'avait pas tort la magie cognitive donnait un avantage certain en combat et en particulier dans un combat singulier. Il descendit les escalier accompagner de Gabriel et sorti tout de suite dehors avant de prendre une grande inspiration d'air frais. Comme la plupart des personnes ayant vécu dehors pendant une longue période de sa vie il ne supportait plus d'être enfermé dans un carcan de béton. Il sortit une cigarette et l'alluma avec son briquet avant de jeter un regard en coin à son étudiant.

« Si t'en veux une tu as qu'à demander hein ? »

Sylvan continua de fumer en avançant et ce n'est qu'une fois dans une parcelle d'ombre qu'il fut enclin à répondre à l'interrogation de Gabriel.

« Herr Dubois vous avez raison sur un point et tort sur un autre. Asseyez vous je vous prie que je vous explique »

Sylvan se posa sur le banc de pierre et continua de tirer sur sa cigarette avant d'allonger sa jambe gauche laissant entrevoir le pied de métal et la naissance de sa cheville, recouvert d'écaille de mythril.

« Il est vrai que dans un combat pouvoir sortir un sortilège sans laisser un seul indice à l'ennemi est très intéressant et peut jouer sur le cours d'une bataille mais ne vous faites pas d'illusion ce genre d'état n'est ni facile ni possible à tout bout de chant. Sans vous insulter Herr Dubois vous êtes sans doute un combattant confirmé et avez sans doute une belle affinité avec la magie mais une personne de votre âge n'a ni les connaissances ni l'expérience nécessaire pour atteindre et surtout conserver un tel état de concentration pendant plus de quelques dizaines de secondes et si vous y arriver cet état n'a rien à voir avec celui que vous utiliser pour vous rappeler d'un lieu ou d'une personne. Vous me comprenez ? »

Sylvan avait remarqué son état de son concentration atteint un peu plus tôt mais cela n'avait rien à voir avec de la télépathie. Il l'avait vu car les traits de son visage s'étaient durcis, son attention s'était amoindrie et certain de ses muscles s'était contacté sans aucune raison apparentes. Si le professeur avait pu connaître leur nom c'était qu'on lui avait fourni un outils dont tous les professeurs raffolent, un trombinoscope ! Par conséquent il n'avait aucune idée de ce que Gabriel imaginait et ce n'était pas pour lui déplaire. Il reprit d'une voix caverneuse sans doute du à la cigarette.

« Vous voyez on ne peut gérer ce genre de magie sans contrôler totalement les deux premières Herr. Se concentrer et ne trouver le point de jonction entre nous et la magie dans une salle de classe, dans un environnement sain n'est pas difficile même si c'est très fatiguant. Contrôler ce genre de magie au milieu d'un conflit armée, avec du bruit, du sang, des cris. N'imaginez que la magie ne fait que vous donner un avantage, c'est aussi une difficulté supplémentaire qui peut faire la différence entre un guerrier vivant et un guerrier mort. »

Reprenant son souffle le professeur tira à nouveau sur sa cigarette. 

« Je peux vous en apprendre les arcanes mais cet entraînement est difficile et pas seulement d'un point de vue physique, certains mages sont devenu complètement fou en essayant de l'apprendre. »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   26.06.15 23:08

« Si t'en veux une tu as qu'à demander hein ? »

Gabriel fit un léger non de la tête

« Herr Dubois vous avez raison sur un point et tort sur un autre. Asseyez vous je vous prie que je vous explique »

Il s'assit à côté du professeur sans perdre un mot, qui sortait de la bouche de son maitre.

« Il est vrai que dans un combat pouvoir sortir un sortilège sans laisser un seul indice à l'ennemi est très intéressant et peut jouer sur le cours d'une bataille mais ne vous faites pas d'illusion ce genre d'état n'est ni facile ni possible à tout bout de chant. Sans vous insulter Herr Dubois vous êtes sans doute un combattant confirmé et avez sans doute une belle affinité avec la magie mais une personne de votre âge n'a ni les connaissances ni l'expérience nécessaire pour atteindre et surtout conserver un tel état de concentration pendant plus de quelques dizaines de secondes et si vous y arriver cet état n'a rien à voir avec celui que vous utiliser pour vous rappeler d'un lieu ou d'une personne. Vous me comprenez ? »

S'il le comprenait... Gabriel sourit en acquiescent, c'était confirmé, il n'était pas télépathe, Gabriel se sentait plus à l'aise de ne pas sentir une présence psy, qui le chaperonne dans ses pensées.

« Vous voyez on ne peut gérer ce genre de magie sans contrôler totalement les deux premières Herr. Se concentrer et ne trouver le point de jonction entre nous et la magie dans une salle de classe, dans un environnement sain n'est pas difficile même si c'est très fatiguant. Contrôler ce genre de magie au milieu d'un conflit armée, avec du bruit, du sang, des cris. N'imaginez que la magie ne fait que vous donner un avantage, c'est aussi une difficulté supplémentaire qui peut faire la différence entre un guerrier vivant et un guerrier mort. »

*Cela semble évident...*
Pensa t il

« Je peux vous en apprendre les arcanes mais cet entraînement est difficile et pas seulement d'un point de vue physique, certains mages sont devenu complètement fou en essayant de l'apprendre. »

Les yeux de Gabriel brillèrent un court instant, un défi! Gabriel n'attendait que ça, se dépasser aller plus loin toujours plus loin dans ses limites... Cette idée le réjouit. Il commença à prendre appui sur sa jambe prêt à se lever pour l'entrainement et lança avec une pointe d’enthousiasme dans une voix sérieuse.

"D'accord professeur. Quand vous voulez, je suis prêt à commencer l'entrainement, qu'il soit physique ou mental, je me donnerai à fond."


Dernière édition par El Caméo le 25.04.17 14:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   25.08.15 13:12


L'engouement présent chez le jeune homme fit naître un sourire sur le visage du professeur, il ne s'était pas imaginé qu'un gamin puisse avoir autant d'envie et de motivation pour un entraînement qui s'annonçait aussi éprouvant que difficile. Son regard se porta sur la jambe de Dubois dont les muscles c'étaient déjà contractés pour se lever. Le professeur poussa un petit rire feutré et se leva pour précéder son élève d'une posture souple, presque féline. Il s'alluma une cigarette après avoir jeté celle qu'il avait aux lèvres et lui fit signe de le suivre un peu plus loin. Se dirigeant sous le couvert des arbres à l'abri de tout regard qui pourrait se vouloir indiscret. Une fois son élève face à lui le professeur ferma les yeux et fit quelques mouvements compliqué avec ses deux mains, laissant paraître son bras de métal. Une fumée noire s'échappe de celles-ci et prend rapidement la forme caractéristique de deux lames dont la garde est empoignée par chacune des mains. Il rouvre les yeux et explique d'un ton calme et posé.

« C'est une magie d'invocation, assez compliqué dans la manière de faire mais elle se maîtrise facilement avec un entraînement rigoureux. Plus l'objet est volumineux et complexe plus le sort est long à effectué. Mais ce n'est pas cela que je veux voir. Voyons comment tu te défends avec une lame guerrier. »

D'un geste souple il jeta dans sa direction l'épée qu'il tenait dans la main gauche pour conserver l'autre pour lui. L'arme donné à l'élève était parfaitement équilibré, une belle épée longue à double tranchant dont l'acier reflétait les environs. Celle du professeur était d'une autre facture, c'était un sabre légèrement recourbé à la poignée richement ouvragée à la forme de dragon, la garde n'était autre que les ailes de l'animal qui se refermait sur la main de celui qui le maniait. La lame était d'un métal scintillant et parcourut de runes sur toute la longueur, un travail d'orfèvre qui n'avait pas été créée par magie mais à laquelle le mage avait ordonné de venir. De sa main gauche Sylvan décrocha la fibule de sa lourde cape de cuir brun et roula des épaules pour la faire choir. Une lourde chaussure de cuir à semelle épaisse sur le pied droit et un pantalon sombre recouvrait ses jambes seule une cheville et un pied de métal dépassait de l'étoffe, pour le haut un simple débardeur noir lui aussi laissait voir un bras métallique lui aussi, massif et apparemment ancien. La musculature plus que généreuse du professeur de 43 ans et son mètre 90 laissait une drôle d'impression, l'étudiant pouvait se sentir petit. D'un geste ample Karov tapota sa jambe gauche avec le plat de son sabre et celui-ci s'habilla d'une éclat doré qui irradiait des runes.

« Et bien jeune homme commençons. »

Un pas en avant suffit au prof pour se rapprocher de son élève avec une souplesse difficile à croire pour une personne de son âge et le premier coup de taille au niveau du cou de son étudiant aurait pu lui être fatal si ce dernier ne c'était pas réveillé au dernier moment et l'avait paré. Bizarrement ce ne devait pas être à cela que le jeune monsieur Dubois pensait.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   25.08.15 14:15

Gabriel observa attentivement le professeur voir, et ne put se retenir d'un sourire en voyant apparaitre les armes

« C'est une magie d'invocation, assez compliqué dans la manière de faire mais elle se maîtrise facilement avec un entraînement rigoureux. Plus l'objet est volumineux et complexe plus le sort est long à effectué. Mais ce n'est pas cela que je veux voir. Voyons comment tu te défends avec une lame guerrier. »


Gabriel attrapa au vol l'arme qui venait de lui être lancé et admira l'équilibre qu'elle avait, c'est sur que faire apparaitre en combat des armes de cette qualité serait sans aucuns doutes des plus pratique. Il fit une passe ou deux de sorte de mieux comprendre toutes les caractéristiques de l'arme qui venait de lui être transmit.

« Et bien jeune homme commençons. »

Gabriel se fit sortir de ses pensées de part les paroles son professeur et d'autre part au mouvement de ce dernier

*Une attaque?!*

Lui qui s'attendait a une compréhension et a une étude de l'objet afin de pouvoir créer le même, il ne s’attendait pas a ça. Mais d'un geste non réfléchit, il se surprit à réagir assez vite et para au dernier moment.

Gabriel donna une légère poussée sur les deux armes afin de se reculer légèrement, changeant la position de ses pieds pour avoir des appuis plus stables. Il porta son attentions sur l'arme de son professeur avant de recadrer son attention sur les gestes de son adversaire


*Ses runes... Ne connaissant pas leur effets autant éviter de se faire toucher*
Pensa t il

Le visage sans expression Gabriel pris une posture de défense, mais au dernier moment il se déséquilibra, parti d'un geste d'arme rapide et précis vers l'avant, visant le bras de garde de son maitre. Il espérait dans cette tactique surprendre l'adversaire et toucher le membre le plus à découvert et le plus en avant.


Dernière édition par El Caméo le 25.04.17 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   27.08.15 18:25

Enfin les choses sérieuses pouvaient à présent commencer. Certes son élève avait été surpris par l'attaque du professeur qui n'avait pas attendu que ce dernier prenne la véritable ampleur de ce premier « cours particulier ». Le coup de taille grossier de Sylvan avait été facilement paré par le jeune garçon et il pris une posture de défense avant d'attaquer vers la main du premier combattant, une tactique intelligente qui pourrait surprendre un bretteur non entraîné, loin d'être déstabilisé le professeur exécuta un moulinet pour faire glisser sa lame sur celle de son cadet et effectua un tour sur lui même se positionnant sur le flanc de son adversaire avant de lui faucher la jambe gauche l'envoyant valser à terre à cause de son déséquilibre. Je fais quelques passe dans l'air et me râcle la gorge bruyamment.

« Herr Dubois je crois que vous n'avez pas compris le principe, je ne vous demande pas de me désarmer. Je vous demande de vous battre comme si votre vie en dépendait. »

 Le professeur souffla quelques instants et se remis sur ses appuis pendant que son élève se remettait sur ses deux jambes et se plaçait face à lui. D'un geste ample il fouetta l'air de son sabre et se mis en position tout en lancant un sourire laissant apparaître une rangée de dents parfaitement aligné. Il débuta ce nouveau combat beaucoup plus calmement et donna un coup de taille juste après le coup d'estoc qui signifiait que le combat débutait. Il enchaina sur plusieurs frappe tout à fait basique pour juger des capacité de Gabriel. Ce jeune tenait bien sa lame et sa garde était efficace ce qui l'empêchait de se déséquilibré pour parer des coups un peu plus sournois et excentré. Après plusieurs dizaines de secondes à ce rythme le mage s'arrêta et adressa un mouvement de tête des plus clairs à son adversaire, il était heureux de ses bases. Prenant quelques pas de recul il ouvrit à nouveau la bouche.

« Vous vous battez bien, vous connaissez les rudiments du combat et peut être même un peu plus que cela mais que vaut votre jeu de jambe ? »

Sans prévenir plus le mage avança à nouveau et porta des coups puissant variant taille et estoc pour forcer son adversaire à reculer, une fois celui-ci en arrière il enchaina sur un mouvement de taille verticale suivit d'un autre horizontale pour juger de sa capacité à changer de position. La légèreté du sabre lui permettait en effet d'enchaîné les mouvements avec une aisance sympathique à voir et on pouvait remarquer qu'il y avait de nombreuses années d'entraînement derrière tout cela. Une fois qu'il avait pu juger la qualité de la prestation de son élève le professeur revint au calme et termina avec quelques coup facilement paré par son comparse avant de s'écarter à nouveau en lui faisant signe de la main gauche de stopper le combat.

« Vous vous battez bien, votre équilibre est bon et de plus votre vision du combat est relativement bonne. Je vais pouvoir faire quelques chose de vous. »

Tournant le dos au garçon il s'arrêta quelques mètre plus loin et pris des appuis stable avant de se mettre en position de garde.

« Néanmoins si vous voulez être un mage de bataille ce n'est pas sur la défense que l'on vous jugera car vous attaquerez plus souvent. Je vous en prie, montrez moi comment vous vous y prendrez si vous vouliez me tuer. »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   28.08.15 0:07

Après son attaque Gabriel n'eut pas le temps de se remettre sur ses appuis que son professeur lui faucha la jambe et le fit tomber.

« Herr Dubois je crois que vous n'avez pas compris le principe, je ne vous demande pas de me désarmer. Je vous demande de vous battre comme si votre vie en dépendait. »

Gabriel se remit sur ses jambes plus décidé que jamais, se mettant en garde prêt à rattaquer. Son adversaire enchaina sur plusieurs frappes basiques et ce fut avec facilité que Gabriel parait sans mal.

« Vous vous battez bien, vous connaissez les rudiments du combat et peut être même un peu plus que cela mais que vaut votre jeu de jambe ? »

Et ce fut dans un départ rapide que le combat repris. Gabriel reculât, pivota, et pris les appuis qu'il faut afin de ne pas se laisser avoir par les mouvements de jambes de son adversaire.

« Vous vous battez bien, votre équilibre est bon et de plus votre vision du combat est relativement bonne. Je vais pouvoir faire quelques chose de vous. »

Le professeur se remit en garde.


« Néanmoins si vous voulez être un mage de bataille ce n'est pas sur la défense que l'on vous jugera car vous attaquerez plus souvent. Je vous en prie, montrez moi comment vous vous y prendrez si vous vouliez me tuer. »


*Comme si je voulais le tuer...*

Gabriel inspira profondément

*C'est le prof c'est lui qui voit*


Il planta l'épée à ses pieds, jeta sa veste qui sur le rocher le plus proche puis retroussa ses manches

Il retira l'épée avec la quelle il fit un mouvement ample, elle siffla en l'air en produisant un son parfait. Il jeta un coup d’œil à ses chaussures qu'il avait passé tant de temps à cirer. Et avec un petit souffle déçu de salir ses chaussures, il se mit en garde.

"Allons-y." dit il d'une voix posée mais décidée

A peine eut-il finit ses mots qu'il pris un appui fulgurant sur ses jambes se propulsant en avant, changeant radicalement de style de combat que lors des passes précédentes. En moins de temps qu'il n'en faut pour respirer, Gabriel avait parcourut la distance qui les séparait un coup d'estoc direct vers la poitrine de son adversaire.
Sylvan para l'attaque sans trop de mal bien qu'il dut reculer un peu pour amortir le choc et avant qu'il ne puisse répliquer, Gabriel avait déjà réarmé son bras. Gabriel enchaina les coups et à chaque appuis qu'il prenait, se propulsait toujours plus vite en avant ou mettait plus de force dans ses coups. Il ne cherchait pas à être précis, il voulait juste déstabiliser totalement son adversaire. Coups latéral, coups direct, coups verticaux. Plus il frappait plus sa vitesse augmentait, il semblait ne plus s’arrêter. Ne laissant pas de répits ni d'ouverture dans sa position à une contre attaque.
Alors que le professeur contraint de reculer pour ne pas se laisser avoir, subissait les assauts incessants des attaques de Gabriel, il put voir une ouverture dans la garde de son élève. Le haut de sa garde était ouvert à une contre attaque. Il contre attaqua donc à l’assaut suivant de son apprenti.

Alors que le sabre de son maitre, fendait l'air vers sa tête, Gabriel eut un reflex qui était tout sauf naturel.
En moins d'un dixième de secondes, ses yeux d'un naturel gris-vert vira à un bleu qui semblait brulait avec hardeur et les veines de son bras d'arme se tintèrent d'un rouge pourpre. Il s'était par instinct rapproché de son état d'éveil.
Sa force et sa vitesse ainsi décuplées. Il para l'attaque, repoussa l'arme et son adversaire en arrière. Et dans un geste ou son épée siffla d'une force à résonner dans toute la foret, il se mit diriger la pointe vers le cou de son adversaire...


Dernière édition par El Caméo le 25.04.17 14:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   28.08.15 1:16

Ca y est le décor était posé et les petites passes de tout à l'heure allaient être réduite au statut d'échauffement. L'étudiant semblait déçu par ce premier entraînement et c'est d'un geste plein de rancœur qui planta son épée dans le sol pour se mettre plus à l'aise. Son regard se pencha sur ses chaussures qui il y a peu brillait de mille feu et qui étaient couvertes de boue et d'herbes, quelle idée bizarre de s'inquiéter pour ses chaussures durant un entraînement. A l'instar de son professeur le jeune homme signifia qu'il commençait et le combat et cette fois-ci cela ressemblait vraiment à un combat.

Bondissant vers Karov dans un mouvement souple et précis il ouvrit les hostilité d'un coup d'estoc en direction de la poitrine et cette entrée en matière plus que classique le déçu légèrement car la lame fut déviée le plus facilement du monde mais ce sentiment d'échec s'échappa très rapidement. Les instants qui suivirent ne furent qu'une succession incessante de coups plus rapides et puissants les uns que les autres obligeant l'homme à reculer sous les assauts féroce de son cadet. Les lames s'entrechoquaient avec force alors que quelques élèves curieux d'entendre un tel spectacle se rapprochaient pour en savoir un peu plus. Plus le temps passait et plus la victoire semblait difficile pour le mage qui se laissait de plus en plus déborder par les enchaînement violent de son adversaire jusqu'à ce qu'un des coups laisse espérer une riposte qui serait fatale. La lame du jeune fendit l'air en diagonale mais d'un geste trop ample pour être réellement efficace et le vieux pivota lestement pour l'éviter lui laissant tout le temps d'armer et de porter un coup latéral vers la poitrine de son élève. La victoire était acquise.

En réalité une victoire n'est jamais acquise, surtout lorsque l'adversaire est inconnu et c'était le cas aujourd'hui. Malgré la sueur coulant sur son front et ses poumons qui le brûlait il restait assez de concentration à Karov pour observer ce qui se passait avec une grande attention. Ses yeux s'étaient littéralement allumé d'un feu azur qui semblaient percer la chair et toutes ses veines virèrent au rouge et d'une manœuvre dont la célérité était tout sauf humaine le sabre enchanté fut repoussé et la contre-attaque vint dans le dixième de seconde et cela seul un démon en serait capable. Il n'y avait plus de temps pour réfléchir et le professeur dont la garde était brisée n'avait aucun échappatoire et n'avait d'autre choix qu'observer ce métal grignoté son cou. Enfin cela ce serait passé tel quel si la future victime n'avait pas été un magicien.

Pendant une fraction de seconde les yeux du mage s'éclairèrent d'une lueur alors que la lame devenaient lourde, affreusement lourde. Evidemment cela ne suffisait pas à la stopper ou la faire tomber de la main de l'assaillant mais ralentissait son mouvement de façon suffisante pour espérer une parade. Si il y avait eu une assistance elle aurait retenue son souffle mais là on entendit seulement le bruit de la lame qui percuta le bras gauche du prof en projetant quelques éclairs. Tenant la position Sylvan plongea dans les yeux bleus d'El Caméo qui visiblement très surpris avait conservé sa lame désormais revenu à son poids ordinaire contre le bras de mythril ; il sourit en coin et reprit son souffle une seconde avant d'y aller de son petit commentaire.

« Sehr Gut Herr Dubois, Sehr gut. Maintenant je crois que vous êtes véritablement lancé je crois que je vais vous montrer pourquoi je ne me suis pas fait tuer en 25 ans de chasse au magicien de l'âme »

Très proche de son adversaire le quadragénaire frappa de son pied métallique le tibia de son cadet pour le déséquilibré et repoussa sa lame avec force l'obligeant à reculer. Ni ses veines ni ses yeux n'avaient repris leur aspect normal et c'était aussi bien. Levant son sabre il exécuta plusieurs coup de taille aisément repoussée et agrémenté de contre-attaque bien sentie qui vinrent s'échouer sur le bras ou la jambe de métal, contrairement à beaucoup d'homme Karov utilisait ses prothèses comme d'arme à part entière et continuait ses assauts bien que ces derniers soient toujours en défaut par la rapidité d'exécution du jeune bretteur.
Le combat continua ainsi plusieurs minutes, les deux combattants alternant tour à tour attaque et défense, le vieux faiblissant de secondes alors que le jeune se sentait de plus en plus hardi à mesure que le temps s'égrenait. A présent plusieurs jeune contemplait ce combat qui les laissait silencieux jusqu'à ce que la foule étouffe un cri de panique. En effet suite à un coup verticale de la part de l'aîné le cadet avait enroulé sa lame avec dextérité autour du sabre avant de les diriger vers le sol à sa gauche. Cassé en deux, le bras droit tendu et le visage marqué par l'effort le professeur était à la merci du jeune homme qui avait bloqué l'arme de son adversaire et qui n'avait plus qu'à en finir avec un coup de coude ou de pommeau au visage mais c'est précisément à ce moment que Sylvan fit à nouveau un sourire en coin et lui dit dans un souffle.

« Vous venez de perdre ce duel Gabriel ! »

Juste au dessus du bras tenant son sabre la main de métal était ouverte, doigts écartés et un mouvement de respiration plus tard une impulsion magique s'en échappait. Un type de sortilège informulé qui ne prévenait pas et qui ne pouvait pas être paré à moins d'être un maître magicien. Comme si il avait reçu un énorme coup de poing dans le plexus Gabriel Dubois pouvait sentir sa respiration se couper alors que ses appuis se dérobait sans qu'il ne puisse rien y faire, il y avait même peu de chance pour qu'il réalise ce qui lui arrivait. Comme une lame de fond frappant un navire le sortilège à bout portant le projeta dans les air à près de deux mètres du sol sans qu'il ne puisse rien y faire et il s'écrasa contre le tronc du chêne centenaire à une dizaine de mètre de là. Refermant le poing pour ralentir de manière magique le choc le jeune homme avait du ressentir le sol de la même manière qu'une lourde chute de cheval mais sans gravité. Lui laissant le temps de reprendre ses esprits le professeur finalement victorieux se redressa, se râcla la gorge, cracha et finalement lança à son adversaire.

«As-tu compris pourquoi tu viens de perdre ? »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   28.08.15 1:58

Après un joute digne d'un combat sur le champ de bataille Gabriel réussi a prendre l'avantage, sa force et sa vitesse avaient encore augmentées. Et ce fut au moment ou la victoire semblait proche que le professeur lui lança:

« Vous venez de perdre ce duel Gabriel ! »

Une impulsion magique projeta Gabriel, contre un arbre. En se relevant le bleu de ses yeux avait disparut et ses veines du bras étaient normales. Gabriel avait l'habitude des coups de chutes, lorsque il apprenait a volé, il avait connu pires chocs... L'idée de ses premiers vols le fit sourire, même sensations même douleurs...
Finissant de se redresser il ramassa, l'épée qu'il avait lâché.

«As-tu compris pourquoi tu viens de perdre ? »

Gabriel fit geste de la mâchoire comme pour vérifié que tout était à ça place avant de répondre calmement.

"Vous avez gardé le même état d'esprit durant tout le combat, ce qui vous donnait un avantage pour user de la magie. Mais aussi un combat réel n'est fini que si un des deux partis est mort ou incapable d'agir"

Gabriel se rendit compte qu'ils étaient observés par quelques élèves curieux.
Il respira un coup et repris:

"Je n'avais aucunes parades à une attaque magique, si mon escrime me permettait une défense, je n'étais qu'a 50% protégé de vos attaques. J'ai pourtant ressentit... Je ne sais comment dire professeur, je ne dirai pas des vibrations mais c'était presque ça... Du moyen rien de perceptible dans l'environnement, je dirai plus une sensation. Dès lors que vous alliez user de votre magie je sentais un... Une sorte d'appel à quelque chose de nom nommable..."


Dernière édition par El Caméo le 25.04.17 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   30.08.15 23:35


Sylvan avait définitivement vaincu cette fois-ci. De ses yeux gris il suivit la trajectoire du corps de son étudiant et ralentit un peu sa chute. Une fois celui-ci à terre il posa son genoux sur l'herbe fraîche et reprit son souffle quelques seconde le bras appuyé sur son épée. Cet exercice l'avait épuisé et il était recouvert de sueur. Les muscles de ses épaules lui faisait un mal de chien et sa jambe gauche le tiraillait violemment, visiblement le mécanisme avait mal supporté d'être trop sollicité d'un coup, c'est véritablement moche de vieillir et d'être rafistolé. Serrant les dents il se relève et attire la seconde lame dans sa main avant de la faire disparaître à la manière d'un phénix, dans une combustion brève et intense. Regardant le jeune homme se relever et tester sa mâchoire il ne peut s'empêcher d'avoir un sourire presque paternel et les vitres du batiment tout proche lui renvois l'image d'un vieux guerrier fier de son élève qui le met particulièrement mal à l'aise. Pendant quelques secondes il a une pensée pour son maître sûrement mort depuis des années, il se demande si ce dernier a jamais eu autant de satisfaction pour l'homme qu'il était devenu. Cette pensée est rapidement effacé de même que son sourire et son visage reprend son habituelle expression austère et fermé. Se déplaçant lentement en essayant de cacher son allure de boiteux il ramasse sa cape avant de la jeter sur ses épaules en écoutant Gabriel et hoche doucement la tête. Faisant disparaître son sabre dans les pans du cuir il cherche son paquet de cigarette et en retire une calmement.

« D'une certaine façon votre raisonnement est tout à fait juste Monsieur mais d'une autre manière elle est erronée. Je vais vous expliquer. »

Allumant sa cigarette avec son vieux briquet il se déplace lourdement vers les rochers enfoncée au pied l'arbre et s'assoit avec le plus de souplesse qu'il peut et expire longuement. Ses muscles le brûle et il est certain à présent qu'il faut reprendre un entraînement plus rigoureux. Il jete un regard noir au élève qui leur fait comprendre de quitter les lieux. Sans rien dire ils déguerpissent avec une célérité toute enfantine et le maître peut reprendre son exposé la cigarette à la main.

« Pour l'état d'esprit vous avez raison, vous réflechissez beaucoup trop ce qui empêche de laisser votre instinct vous porter néanmoins vous arriverez au stade de concentration voulu avec un peu d'entraînement. Votre excuse en ce qui concerne ma magie est irrécevable. Si vous devenez mage de bataille vous ne serez pas toujours en position de force et chaque choix sera question de vie ou de mort pour vous ou vos collègues. Ce combat doit vous faire comprendre que vous n'êtes pas prêt à combattre un magicien, si vous vous en donnez la peine vous serez capable de tenir face à ces derniers plus de 2 mn à la fin de cette année. »

Il se tut quelques instants et tira sur sa cigarette avant de reprendre.

« Pour ce qui est de ce que vous avez ressenti c'est une bonne chose, cela prouve votre affinité avec la magie mais pour l'instant il s'agit d'un don que vous ne contrôlez pas. C'est comme une capacité qui ne se déclare que dans un état d'oublie vous voyez. Etant focalisé sur le combat vous avez lacher votre maintient et votre nature est ressorti. Ce que je me demande c'est quelle est cette nature ? »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   31.08.15 0:12

Gabriel écouta attentivement son maitre, bien qu'il ressentit une fatigue caché. Son professeur avait surement plus vécu que la plus part des personnes du même age, comme une vieillesse précoce, surement dut aux nombreux combats qu'il avait vécu.

« Pour ce qui est de ce que vous avez ressenti c'est une bonne chose, cela prouve votre affinité avec la magie mais pour l'instant il s'agit d'un don que vous ne contrôlez pas. C'est comme une capacité qui ne se déclare que dans un état d'oublie vous voyez. Étant focalisé sur le combat vous avez lâcher votre maintient et votre nature est ressorti. Ce que je me demande c'est quelle est cette nature ? »


Gabriel ne s'était pas rendu compte que sa nature était ressortie... Il paru déstabilise aux paroles de son maitre. Il lui avait bien semblé que tout était passé au ralentit pendant un moment mais il avait mis ça sur le coup de l'adrénaline. Chaque mouvements lui avaient paru plus lents.
Sa nature et ses dons, bien que Gabriel avait une maitrise quasi totale de son don d'empathie, la détection de l'usage de la magie de son maitre était plus forte que les émotions qu'il ressentait. En tant normal il se fermait aux émotions trop fortes pour ne pas être affecté. Mais la c'était différent lorsque il avait voulut s'y fermé, la sensation que quelque chose arrivait, une énergie... Tout cela avait percé ses barrières mentales comme pour le prévenir.

"Je dois vous avez, professeur que j'ai un don naturel pour l'empathie... Mais quand je sentais votre magie arriver c'était plus fort qu'une émotions, je ne pouvais l'ignorer..."


Gabriel savait que s'il ne répondait pas à la question sur sa nature, son professeur aurait des doutes.

"Je tiens ça... De mon hybridation d'Ange..."  Dit il avec un ton qui laissait percevoir un semblant de honte

Ce n'était pas toute la vérité, mais avec de la chance il ne se rendrait pas compte que une hybridation d'ange, ne donne pas toutes les capacités que Gabriel lui avait montrées. Gabriel espéra fortement que ses veines n'aient pas subit les modifications habituelle de son état de symbiose.


Dernière édition par El Caméo le 05.12.15 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   05.10.15 18:44


La confusion et la gêne du jeune homme était intéressante, ridicule mais intéressante. Il avait une hybridation d'ange et bien c'était un plus pour lui. Il en avait rencontré très peu dans ses voyages mais en effet ces bètes là avait un affinité avec la magie mais sans pour autant l'utiliser cependant il ne voulait pas s'avancer sur une espèce dont il ne connaissait rien et sur laquelle peu de personnes avaient de véritables données. Les anges mettaient un point d'honneur à cacher leurs petits secrets. Néanmoins il y avait quelques choses qui clochait. Ce jeune garçon se battait bien, c'était tout à fait brouillon, hésitant mais il se battait très bien, avec quelques mois d'entraînement intensif il serait capable de tenir tête à des combattants très aguerris. Fumant calmement en regardant ailleurs il essayait de se rappeler des enseignements de son maître.

« Venez Gabriel allons à l'intérieur. »


Ils se dirigèrent vers la première porte en vue, celle qui protégeait les installations sportives. Et le professeur déverrouilla la serrure d'un simple mouvement de main et il emmena son élève dans les vestiaires, après l'avoir fait passé devant lui il ferma la porte et y apposa un sceau qui rendait cette entrée inviolable. C'était une grande pièce totalement vide à cette heure, les lourds casiers de métal était alignés comme les étagères d'une grande bibliothèque et chacune des armoires avec une plaque au nom de chaque élève et professeur de l'établissement même si certain ne servirait jamais. Le vieux mage se posa sur le banc à la droite de la porte en laissant son élève debout et enleva sa veste puis son t-shirt.

« Nous serons plus tranquille pour discuter je gère juste ce léger problème »

Par petit problème il n'entendait pas la mosaïque de cicatrices qui décorait tout son torse, des grandes, des minces, des épaisses, des petites, des rondes, des ouvres-boîtes, des cicatrices de toutes les couleurs. Il ne parlait pas non plus de l'aile tatoué sur son pectoral droit. D'un geste de la main il fit aparaitre un outils curieux et il tendit son bras de métal avant d'ouvrir un capot sur son avant-bras et de jouer avec les cylindres jusqu'à ce qu'il soit satisfait du résultat. Une fois son ouvrage terminé il claqua le capot d'acier et se leva avant de se camper devant son élève.

« Gabriel personne ne peut nous entendre ici et donc tu peux parler librement. Je crois que tu sais très bien ce qu'il s'est passé et je crois aussi que tu me prends pour un idiot. Tu n'as pas seulement une hybridation d'ange et si c'est le cas c'est que l'ange qui t'a conçu n'en était pas un. Alors je te demande de me dire la vérité, de quel espèce était ton second parent ?"

Le professeur ne rigolait plus ces veines écarlates n'avait rien d'angélique et c'était l'oeuvre d'un démon. Si tel était le cas cela posait un énorme problème.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   05.10.15 20:23

Gabriel se rendit compte à l'expression de son maitre que sa demi réponses n'avais pas suffit...

« Venez Gabriel allons à l'intérieur. »


Gabriel attrapa sa veste, et suivit son professeur dans les vestiaires. Pendant que son maitre se déshabiller, il sentait de plus en plus qu'une chose dérangeait son professeur.

« Nous serons plus tranquille pour discuter je gère juste ce léger problème »


A la vue des cicatrices de son maitre, l'impression que Gabriel avait de lui se confirma, cet homme avait plus vécu qu'il n'y paraissait, mais Gabriel se laissa rien transparaitre de son observation. Bien qu'un léger regard de curieux sur le fonctionnement interne de ce bras à l'ouverture du capot, put être perceptible, ce dernier disparut au clac de fermeture.

« Gabriel personne ne peut nous entendre ici et donc tu peux parler librement. Je crois que tu sais très bien ce qu'il s'est passé et je crois aussi que tu me prends pour un idiot. Tu n'as pas seulement une hybridation d'ange et si c'est le cas c'est que l'ange qui t'a conçu n'en était pas un. Alors je te demande de me dire la vérité, de quel espèce était ton second parent ?"

C'était donc ça, ce n'était pas la gène du bras, mais bien de la réponse que Gabriel lui avait donné qui gênait Sylvan.
*Si moi même je le savais...* pensa t'il dans un soupir intérieur.
Il ne voulait pas laisser paraitre la moindre émotion sur ce sujet, bien que cela pourrait être difficile.

"Je suis désolé, professeur mais je n'ai pas la réponse à cette question..." dit il d'une voix posée.

"Tout ce que je peux vous dire c'est que si dans ma famille génétique, il y a eut hybridation, je n'ai jamais croisé quelqu'un qui a les mêmes "aptitudes" que moi, outre mes capacités d'ange..."


Il hésita avant de continuer

"Outre ses capacités, j'ai... Parfois... Excusez moi, je ne sais pas comment expliquer, puisque je m'en suis donné ma propre définition. J'ai une sorte de stade, je dirai un stade d'éveil. Comme une parfaite coordination de tout ce que je fais autant physique que mentale. J'ai déjà réussi à l'atteindre dans des endroits calmes et pausés. Mais dans le vif de l'action, je ne le contrôle pas. "


Il repris son souffle avant de continuer

"A ce stade, ma force, vitesse, est exponentielle, je me dépasse à chaque nouvelle fois que j’atteins ce seuil. C'est à la fois reposant, et totalement vidant. Mon empathie devient plus un "sonar", si je puis dire, à toutes sources de vies qui m'entourent, je semble réussir à la détourner de son usage de base d'après ce que j'ai lu sur les anges le permet... "

Gabriel dont le regard parcourrait la pièce depuis le début fini ça phrase en plongeant son regard dans celui de son maitre


Dernière édition par El Caméo le 25.04.17 14:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   05.10.15 22:03


Le mage toujours devant son élève écouta attentivement. Un stade d'éveil c'était intéressant mais ce jeune était dangereux et il ne disait pas tout. Ces veines écarlates il les avait déjà vu quelque part et son bras gauche s'en souvenait pour lui. Ces yeux bleus laissait penser à un ange mais il ne fallait pas prendre Karov pour un idiot. Son regard se couvrant de nuage tel un ciel menaçant transperçait Gabriel qui soutenait son regard en essayant de lui expliquer. Le poing de métal se serra et se desserra et en un instant Karov avait réfléchis. Presque collé au jeune homme de vingt ans ne contrôlant pas ses pouvoirs Sylvan décida de faire quelque chose de stupide mais il fallait être certain de ce qu'il était et il fallait avant tout connaître ce qu'il était car il avait beaucoup trop dissimulé ce qu'il était à toutes les personnes de cette institution. Le bras de métal lui saisit le cou et les doigts froids et implacable serrèrent juste ce qu'il faut avant que les verrins se mettent en marche et que la force herculéenne de la prothèse se mette en marche et soulève le jeune homme de vingt bon centimètres au dessus du sol. Sa main droite en arrière s'éclaira d'éclair et une lame un peu plus courte apparut dans sa main. Quelques runes gravé sur le poignet de la prothèse s'allumèrent auparavant personne n'aurait deviné que des runes y était gravées. Le ton sur lequel le professeur embraya était froid, distant.

« Monsieur Dubois, je ne suis pas un magicien de pacotille. Je sais reconnaître un démon lorsque j'en vois un alors arrêtez de me mentir et dites moi la vérité ou vous pourrez dire au revoir à une partie de votre appareil respiratoire. »

Des flux de magie pures irradiait du mage alors qu'un sceau apparaisait sous ses pieds. Sans pour autant développer toutes ses capacités magique celle qui était produite par le corps meurtris était au dessus de tout ce que le jeune homme avait pu voir, une force qui pour beaucoup d'être de ce monde était inutilisable et beaucoup de créature magique aurait aimé avoir une telle maîtrise. En vérité le jeune homme était pris au piège par un triple sortilège et une main de fer qui lui écrasait la gorge en lui laissant passé juste ce qu'il fallait d'air pour qu'il puisse répondre.

« Je vous conseille de me répondre vite ou je chercherait les réponses par moi-même ! »

Il écrasa son jeune élève contre la rangé de casier et l'acier se plia comme du papier au contact de la silhouette du jeune homme ce qui laissait entrevoir la puissance du coup. Ce gamin était un démon et autre chose, il fallait savoir ce qu'était cet autre chose. Desserant légèrement sa poigne tout en gardant le jeune homme en l'air. D'un geste vif le professeur coupa le vêtement de son élèves et l'arracha de ses épaules d'un simple regard, rien ne pouvait rivaliser avec la puissance de ce magicien qui avait été éprouvé par les créatures et les mages les plus redoutables.

« Je te résume la situation jeune homme. Soit tu me dis tout soit je te tue et je te garantis que je m'en sortirais sans aucuns problèmes particulier. »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   05.10.15 22:58

« Monsieur Dubois, je ne suis pas un magicien de pacotille. Je sais reconnaître un démon lorsque j'en vois un alors arrêtez de me mentir et dites moi la vérité ou vous pourrez dire au revoir à une partie de votre appareil respiratoire. »

Des flux de magie pure irradiaient du mage et du sol, le poing en métal lui serrait le cou. Gabriel ne put laisser qu'une impression de désemparement et incompréhension échappée de son regard.

« Je vous conseille de me répondre vite ou je chercherait les réponses par moi-même ! »

Le choc endolorie le dos de Gabriel. Sa chemise vola en éclat, laissant apparaitre le torse de Gabriel, un torse musclé mais avec quelques cicatrices fines, la plus part étaient dus à des vols lors de tempêtes.
L'expression de Gabriel ne fit que grandir, il était perdu, qu'est qui pouvait autant faire peur à son maitre.

« Je te résume la situation jeune homme. Soit tu me dis tout soit je te tue et je te garantis que je m'en sortirais sans aucuns problèmes particulier. »

Gabriel ferma les yeux une seconde comme pour se protéger d'un coup inévitable. Et là tout bascula, dans le noir de son esprit, deux lumières lui firent face à lui.
La main de métal était toujours sur son cou mais le temps lui semblait ralentit. Les deux lumières d'abord éloignées se rapprochèrent de lui, son cœur battait plus vite.
Une seule idée lui traversa l'esprit
*Me tuer...* Cette idée le terrifiait, qu'est ce qui pouvait pousser son maitre à lui faire ceci, Gabriel ne connaissait pas ses véritables parents, peut on punir quelqu'un pour ses origines?

La première des deux lueurs se rapprocha au point d'être à sa portée et Gabriel se laissa emplir de cette énergie, violence, colère... HAINE!

Le corps de Gabriel se changea littéralement, tout son corps vira au pourpre, ses yeux s'ouvrirent d'une couleur rougeoyante, une énergie affolante et considérablement brulante parcourue les mains du jeune homme

*Me tuer?!* pensa-t-il plus fort

D'une main il attrapa le bras en métal. Une aura rouge se mis entourer ses mains, comme si les flammes de l'enfer allaient en sortir...

*ME TUER!!!!*

La vague de flammes quitta son corps se dirigeant vers Sylvan. Dans la même fraction de seconde, la deuxième lueur pénétra l'esprit de Gabriel, l'image de son père adoptif blessé par sa première crise lui revient. Ses yeux devinrent en un instant d'un bleu brulant ses ailes sortirent d'un coup, ce qui renforça la pression de son cou avec le bras. La couleur pourpre se rétracta dans ses veilles, son corps se mit a irradier d'une chaleur, mais cette fois ci différente...

Une phrase était présente dans son esprit, différente pleine d'énergie...
*Je....!! Je ne...*

Et avant que la première vague de chaleur ne puisse faire le moindre dégâts la deuxième vague dispersa la première, dans une explosion de lumière et de chaleur revigorante. Toute personne se trouvant autour de cette source pouvait en ressentir les effets revigorants et revitalisants de cette explosion de jouvence.

"JE NE SUIS PAS UN MONSTRE!!!!!!!" Hurla Gabriel dans cette explosion, alors que les bancs du vestiaires étaient soufflés contre le mur par cette déflagration intense, le fracas pu de faire entendre depuis l'extérieur.

La lumière disparue aussi vite qu'elle était venue et ce que Sylvan put voir au bout de son bras n'était rien d'autre qu'un être à l'apparence céleste, exténué et vidé de quasiment toute son énergie.

La main qui tenait le bras métallique retomba sur le coté, Gabriel n'était pas inconscient mais lutait pour ne pas l'être. Jusqu’alors Gabriel n'avait jamais usé de défense magique et ses deux parts étaient rentrées en conflit pour pouvoir survivre... Et après cette scène qui n'avait durée qu'un court instant, Gabriel était à la merci de son maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   26.04.17 2:10

Le mage avait toujours ses doigts métallique sur la gorge du jeune garçon, rien ne pouvait arrêter ses instincts en ce triste moment. Si jamais une once de pitié était présente en lui rien ne semblait inciter qui que ce soit voyant la scène à voir cela ainsi. La lame brillait de plus de plus dans la main du mage et soudain le jeune se mit à crier avant de deverser une vague magique sur le mage qui se voulait puissante, et puissante elle l'était sans doute. La jambe gauche de Sylvan s’enfonça dans le carrelage tout en soutenant la puissance magique et fut surpris de voir des ailes apparaître dans toute leur beauté et leur élégance. L'acier de la prothèse se mit à rougir alors que la seconde vague remplaçait immédiatement la première et pendant une fraction de seconde il se sentit réellement bien comme si une lame de bien être venait de couvrir toutes ses plaies et toute ses cicatrices. Sa poigne se raffermit sur sa proie et sa force de jeune homme lui revint lui permettait de lever encore un peu plus Gabriel. Il eut un grand soupir et observa le jeune garçon reprendre son état normal et tombé presque dans l'inconscience. Le mage secoua alors son élève .

« Je te garantis que tu n'as pas intérêt à t'endormir, ça ne te sauvera pas jeune homme ! »

Sylvan fulminait, il ne supportait pas de s'être fait berner un hybride aussi écœurant que celui qu'il avait sous les yeux. Il était à moitié ange et à moitié autre chose, quelque chose de plus sombre et de connu mais il n'arrivait pas à savoir quoi. Il ressentait une présence magique sous cet enveloppe de garçon studieux et intéressé. Il fallait supprimer cet engeance, elle ne pouvait rien apporter de concret à ce monde. Les cercles de magies sous ses pieds changèrent de couleurs, prenant une teinte grenat du plus bel effet et de sa main de métal il jeta violemment Gabriel contre le mur opposé avec assez de force pour imprimer sa silhouette sur les briques. Il fit disparaître sa dague et attrapa le jeune homme par le col avec sa main organique.

« Réponds-moi ! »

Voir l'absence de réponse attisa la colère du vieux mage et ses doigts métalliques se refermèrent, le bras se leva en l'air, tint sa position pendant une longue seconde ou les yeux gris du vieux guerrier se plongèrent dans ceux de son cadet mais il n'y avait plus aucune bienveillance dans ce regard. Le poing prit sa course et frappa le visage du jeune homme arrosant les dalles d'un sang rouge sombre après un craquement sinistre. Reprenant sa position initiale le bras répéta cette opération encore une fois, et encore, et encore. L'acier des phalanges griffait la peau, pénétrait la chair et broyait les cartilages de manière méthodique. Pendant près de deux minutes un orage de coups aussi violent que féroces s'écrasa sur la face de Gabriel parachevant une œuvre morbide qui donnerait envie de vomir à n'importe qui. Une flaque de sang s'élargissait de plus en plus à ses pieds et même les sons qui percutait les parois du couloir vide faisait froid dans le dos. Une fois sa tâche finit la main de métal s'immobilisa et la main de chair ouvrit ses sers pour laisse choir une proie que chacun définirait d'agonisante.
Poussant un profond soupir pour reprendre sa respiration le bourreau détourna le regard en même temps que son dos, aucune sueur, aucun sentiments n'était visible et pourtant un feu dévorant le consumait. Après cette raclée en bonne et due forme, il se racla la gorge et dans un éclair appela son sabre aussi magnifique que meurtrier avant d'annoncer d'une voix de croque-mort en se retournant.

« A présent tu vas mourir, quoi que tu sois. »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 32
Messages : 356

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   27.04.17 21:38

Saloperies en bois. Se rebellant contre l'empilement artistique du cagibi, les mannequins d'entraînement empêchaient la porte de se fermer. Et par ce biais de la laisser aller fumer une clope tranquille.
Ce fut donc avec un coup de pied relativement mesuré qu'Ingrid régla le problème, avant de soupirer en se massant la nuque.
Les mômes étaient motivés, mais faire rattraper leur retard à certains était plus crevant qu'elle l'aurait cru.

Pressentant l'heure de partir, et avec un peu de chance celle de bouffer, Soyo vient s'asseoir aux pieds de sa maîtresse et se fendit d'un bâillement.

« Tu l'as dit... »

Tout en grattant l'oreille du canidé bienheureux, ses doigts de métal farfouillait les poches de son pantalon. Merde, plus de clopes.
Poussant un nouveau soupir, Ingrid se dirigea vers les vestiaires. Peut-être qu'il en restait encore dans son sac.

Sur ses talons, Soyo se figea soudain, oreilles dressées, et Ingrid fit de même. Elle avait entendu quelque chose. Un bruit sourd, répété...
Fronçant les sourcils, la jeune femme se rapprocha à pas mesuré du bruit. Des coups. Glissant au coin de la porte entrouverte, elle jeta un coup d'oeil.

Sylvan … ?

Le mage avait une épée à la main, et à ses pieds, une silhouette inerte. Ingrid plissa les yeux.
Pas n'importe quelle silhouette... La guerrière se raidit en reconnaissant un élève. Le gamin de l'autre fois.
Bordel de merde mais qu'est-ce qu'il se passait ici ?

« A présent tu vas mourir, quoi que tu sois. »

Vive et implacable, la lame entama son arc meurtrier. Il y eut un crissement d'étincelles.

« Sylvan ! Assez ! 

Ingrid se tenait entre le mage et le gosse inconscient, le bras levé. L'épée s'était coincée entre les interstices d'adamantium. Elle en savait pas ce qu'il se passait, et son collègue n'était pas un homme à agir sans raisons. Mais le regard qu'elle croisa n'était pas celui d'un homme rationnel.
Quelque chose n'allait pas, et elle n'allait pas laisser un de ses élèves se faire buter sous ses yeux.

Aussi scruta-t-elle son regard, gardant la lame sous le contrôle de son bras.
Il pouvait l'envoyer balader d'un simple geste de la main, elle le savait. Elle ne faisait pas le poids face à la magie, et risquait de finir par terre à côté du gamin.
Elle espérait que le mage redeviendrait suffisamment lui-même avant que ça arrive.

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   28.04.17 2:48

Gabriel était dans une confusion de bruits et de douleurs, le contact du métal des casiers sur son dos.
Une voix de loin lui parvenait:
« ...antis que tu n'as pas in... à t'...ormir, ça ne te sau... pas jeu...me ! »

Suivit de prêt par le contact des briques et un gout amer dans la bouche, dans les secondes suivantes, le noir absolue et le froid l'entourait.

Alors qu'il reprenait vaguement connaissance une voix familière:
« Sylvan ! Assez ! »

Un fort gout de sang lui emplissait la bouche, tout son corps était endolorit il ne savait pas ce qui lui faisait le plus mal, ses cotes brisées, son visage gonflé de sang à certains endroits et entaillé à d'autres, une de ses ailes déboitée à l'extrémité.
Alors qu'il tenta d'ouvrir la bouche pour prendre une respiration, un flot de sang vient à quitter sa bouche pour se mêler à celui qui l'entourait. Les plumes d'une de ses ailes était imbibées de sang, les plumes d'ordinaires grises étaient à présentes rougeâtres.
Il tenta de prendre appui pour ne serait ce que se redresser, mais les forces lui manquait, il tenta de prendre un appui supplémentaire sur son aile encore valide mais ne parvient pas à se soulever à plus de 10cm du sol avant de s'effondrer à nouveau.

Une série de convulsions soudaine mais courte le prit,et tel des centaines de fourmis parcourant son corps plusieurs points pourpres remontaient de ses extrémités vers son cœur.

Les dernières traces de sang pourpre disparurent au dernier mouvement incontrôlé de son corps. Il reprit conscience juste après, rythme cardiaque accéléré, respiration difficile et rapide, ses blessures se mirent à saigner en quantité impressionnante. L’œil gauche grand ouvert l'autre gonflé par une poche de sang, la pupille dilaté. Il était en état de choc, et totalement désorienté. Un de ses bras se baladait dans la flaque de sang qui était autour de lui, machinalement comme un escaladeur cherchant une prise pour grimper le long d'une parois...

_________________
Oh un Pélican Albinos Alsacien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   29.04.17 1:44


Sylvan se posa sur ses appuis, il affirma sa prise sur la poignée de son arme et hésita quelques fractions de secondes avant de l'abattre. Alors qu'elle fendait l'air en direction de l'hybride elle fut stoppé par la main en adamantium de la collègue de combat à main nue qui se posait volontairement comme rempart entre le mage et son apprenti. Sa voix se répercuta contre les murs et fit l'effet d'un électrochoc au mage qui s'arrêta dans son élan. Pendant plusieurs secondes qui parurent durer une éternité il se plongea dans ces yeux gris qui ressemblait tant aux siens et même si son instinct lui commandait de l'écarter de sa route par tous les moyens il ne pouvait lutter contre sa conscience qui lui commandait de ne jamais faire de mal à une personne comme elle, qui lui avait fait confiance et partagé au moins un combat avec lui. Tout le peu de code moral qu'il pouvait lui rester repassa dans son esprit pendant ces quelques secondes d'accalmie et les mots de son maître lui revinrent en tête. La seule chose à laquelle il faut rarement accorder trop d'importance est l'apparence des choses car celle ci est changeante et ne reflète jamais totalement la réalité d'un moment. Lentement il posa son regard sur ce bras de métal qui voulait dire tant et qui pourtant transportait tellement de mensonge dans son sillage. Il murmura quelque chose d'incompréhensible et l'arme meurtrière disparu dans un nuage de magie aussi rapide que spontanée.

Sylvan balaya des yeux l'endroit et sa propre situation. Ses yeux se posèrent sur le couloir endommagé, sa collègue fatigué et enfin son disciple mis à tabac. Sa respiration était difficile et son corps meurtris baignait dans une marre de sang. Revenant sur sa main gauche pleine d'hémoglobine il se sentit fléchir devant l'horreur de la situation. Sa bouche devint sèche, ses jambes remplient de fourmillements, des gouttes de sueurs froides perlèrent sur son front et ses pupilles se dilatèrent. Il se sentait dépassé, dominé par ses instincts hérités d'une vie de combat et de souffrance il en avait perdu l'observation et le sang-froid nécessaire à l'accomplissement de sa mission. Après ce moment de faiblesse c'est la honte qui fit son entrée en jeu suivie de près par le remord doublé des regrets.

D'un pas chancelant il s'éloigna de quelques centimètres, il avait toutes les difficultés du monde à commander à son corps. Il se racla la gorge pour retenir une toux nerveuse et appuya son dos contre le mur opposé à son œuvre. Restant dans le regard d'Ingrid il se posa mille et une question avant de se laisser ployer sous le poids de son corps et de ses méfaits. Son regard était devenu vide et accroché comme à un aimant à celui de sa camarade sans pour autant traduire une quelconque expression et comme si son univers tournait au ralenti il s'entendit de loin parlez avec une voix d'outre-tombe.

« Vous ne pouvez comprendre....Il doit mourir....C'est une terrible engeance....Il ne peut apporter que le malheur... »


Posant ses coudes sur ses genoux il continuait de fixer Ingrid sans ciller une seule fois. Il continua dans un souffle.

« Je ne sais faire que ça....Je dois faire ça... »

Une profonde tristesse passa soudainement dans son regard de métal et il laissa son cou se détendre pour appuyer son crâne contre la paroi derrière lui.

« Aidez moi Ingrid.... »

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 32
Messages : 356

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   29.04.17 21:37

Un peu de sueur glissa sur sa tempe. Pas tant l'effort, nan, que de voir la lutte dans les yeux du mage. La violence furieuse semblait reculer, mais rien n'était sûr.
Derrière elle il y eu un gargouillis douloureux, un raclage de gorge. Le môme était en train de cracher du sang. Ingrid serra les dents. Il ne tiendrait pas longtemps.

Enfin, le mage fit disparaître son épée.
La guerrière retint un soupir de soulagement et détendit ses muscles, jetant un coup d’œil inquiet à Gabriel. Oh bon sang...

Il y avait quelque chose de presque irréel.  Une journée normale et cette scène, là, dans l'école, ce pauvre gosse en sang et Sylvan qui perdait pied...
Ingrid le vit glisser contre le mur, perdu, leurs regards crochetés l'un à l'autre. Elle aurait dû être en colère, pourtant à voir le mage ainsi elle n'y arrivait pas. Ce n'était pas un simple pétage de plomb. Quelque chose de bien plus grave et plus profond, qui laissait derrière une longue traînée de remords.

Mais elle n'avait pas le luxe du temps pour jouer les psychologues. Gabriel était en train de lâcher, elle n'aurait jamais le temps de le transporter à l'infirmerie. Il n'y avait qu'une personne ici qui pouvait l'aider.

Ingrid s'avança vers le mage quand celui-ci lâcha :

« Vous ne pouvez comprendre....Il doit mourir....C'est une terrible engeance....Il ne peut apporter que le malheur... »

Les mots étaient distants, lointains, une mécanique de conviction en train de se casser. Comme si des fantômes essayaient de mélanger en lui passé et présent.

« Je ne sais faire que ça....Je dois faire ça... »

Les yeux du mages, la détresse intérieure qu'elle y voyait faisait mal au cœur.

« Aidez moi Ingrid.... »

Ingrid ferma les yeux un seconde, puis mit un genou à terre et posa la main sur son bras.

« Sylvan, regardez-moi... »

Malgré l'urgence qui lui tambourinait le crâne, sa voix était douce. Elle attendit son regard, déstabilisant de tristesse et de confusion. La jeune femme inspira :

« Si ça continue le gamin va  perdre tout son sang. Vous pouvez le soigner ? Comme vous l'avez fait pour moi ? »

Ses yeux ne lâchaient pas ceux du mage, sa main pressait légèrement son bras.
Essayer de faire quelque chose, elle ne savait pas trop quoi, lui redonner un peu de volonté, l'empêcher de se noyer dans sa tourmente intérieure...
Si elle le pourrait, elle aiderait le mage. Mais à l'instant, il y avait bien plus urgent.

« Sylvan ? »

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvan Karov
Admin
avatar

Messages : 62

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   08.05.17 1:19

Il entend la voix mais elle est lointaine, tel un écho qui se répercute dans les vallées, le timbre cristallin atteignait l'esprit du mage mais totalement déformé. D'abord il sent une main sur son bras, après  ce sont ses yeux qui accrochent définitivement son regard et enfin ses mots qui trouve leur chemin jusqu'à ses oreilles. Comme un marin trouve désespérément un morceau de son épave pour ne pas couler, il remonte à la surface des flots. Ses pupilles se contractent à nouveau alors que les mots qui résonnent encore dans sa tête prennent tout leur sens. La sueur ne coule plus et son cœur se remet à battre à un rythme normal, il revient des profondeurs d'un néant onirique et écarte doucement Ingrid tout en prenant appuis sur le mur derrière lui. Sa voix est faible, brisée.

« Je ne sais pas si je pourrai, il est salement amoché. Je ne suis même pas sûr de le vouloir. »

Lentement et dans des gestes mesuré le magicien s'applique dans plusieurs postures manuelles et une douce gerbe d'éclair laisse apparaître une rapière aussi effilée qu'élégante parsemée de runes d'or qui luise dans cette obscurité relative.  Reprenant du poil de bête le métronome métallique se remet en route et un bruit sourd résonne à nouveau contre les murs. Prenant une énorme inspiration le magicien bouge sa carcasse jusqu'à son élève agonisant qui gargouille contre le dallage ruiné du couloir. Rapidement le bruit de métal est étouffé par des éclaboussure de sang qui peut donner des frisson à n'importe lequel des protagonistes. Posant un genoux à terre Sylvan place Gabriel sur le dos ce qui le fait geindre comme peu de personne le peuvent dans cet état. Après s'être relevé il secoue la tête de dépit et regarde Ingrid d'un air peu enjoué.

« Je vais essayé Ingrid »

Lentement il rapproche la pointe de la rapière du corps pratiquement inerte et une fois à fleur cette dernière s'illumine de manière progressive en partant de la pointe jusqu'à la garde. La lame d'adamantium couverte de rune brille de mille éclats et les gravures semblent danser dans la pénombre. Après une autre longue respiration le vieux guerrier fait vibrer ses cordes vocales et sa voix grave s'éveille comme pour faire trembler les fondations du bâtiment. Son chant est grave mais mélodieux, la mélopée s'envole dans l'air et enveloppe tous les corps présents. Sa chanson est magnifique et parfaitement interprété, il psalmodie comme le ferait un moine des temps anciens et il le fait de plus en plus fort. Alors que sa voix gagne sans cesse en puissance un brouillard magique se lève et enveloppe les trois corps. Au bout de très longues minute la brume prends une teinte bleu nuit et irradie de magie.

Le corps inerte du jeune homme est comme avalé par le brouillard magique, la flaque de sang disparaît alors que l'hémoglobine regagne sa place original avant que les plaies ne se recompose d'elle même. La mélopée continue pour ressouder ses os et reconstruire sa denture, les mots magiques semblent voleter dans ce brouillard pour apaiser ses maux et garnir ses ailes de plumes grises à nouveau. Tout son corps est remis sur pieds jusqu'à ce que toutes les particules du brouillard en suspensions provoquent un flasch qui remet en marche son cœur et tous ses organes vitaux.

La mélopée meurt alors lentement et la brume disparaît pour laisser voir un jeune homme totalement restauré qui respire paisiblement. Sylvan se retourne vers Ingrid. Sur son visage nous pouvons lire une fatigue extrême, il lache sa lame dans un bruit métallique, il semble vouloir articuler quelque chose mais les mots se coince dans sa gorge. Un léger sourire étire ses lèvres alors que de ses narines se mettent à couler quelques gouttes d'un rouge rubis. Ils cligne des yeux et deux filets grenats roulent sur ses joues, à nouveau il veut parler mais ses genoux plient et il tombe lourdement sur le sol bercé par le néant le plus pur qui soit.

_________________
"Pour un mage rien n'est impossible, la plus grande difficulté est de savoir si l'on est prêt à en payer le prix."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Dubois
Admin
avatar

Age : 22
Messages : 937

Feuille de personnage
Race: Autre
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   09.05.17 15:51

Gabriel reprit conscience, les douleurs de son corps n'étaient plus, sa respiration était à nouveau calme.
Il ouvrit les yeux comme après une nuit difficile.
Sa vue se déplaça dans la pièce ravagée par le combat, ses yeux s’arrêtèrent sur son professeur inconscient un silence lourd pesait dans la pièce et dans sa tête.
Pensée terrifiât Gabriel.

*Est ce moi qui est causé, cela?*

_________________
Oh un Pélican Albinos Alsacien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Koothran
Admin
avatar

Age : 32
Messages : 356

Feuille de personnage
Race: Humain
Groupe: Guerrier

MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   10.05.17 18:00

Malgré une légère crainte en voyant la rapière réapparaître, Ingrid laissa faire son collègue.
Sous ses yeux le gamin retrouva une apparence intacte, la mélopée de Sylvan effleurant l'air. La guerrière sentait quelque chose vibrer au fond d'elle, tout au fond, en écho. Quelque chose d'imperceptible, minuscule, et pourtant bien plus grand qu'elle.

Lorsqu'il se tut enfin et qu'il croisa son regard, se fut comme si le temps avait poussé un bâillement. Le sang roula paresseusement sur les joues du mage, un peu sur ses lèvres. Son sourire se teinta de rouge.

« Sylvan ! »

Ingrid se précipita vers son collègue qui venait de s'effondrer. Merde !
Elle secoua son épaule, sans réponse, avant d'aller vérifier au plus vite sa respiration. Un bref soulagement la parcourut.
Un maigre pulsation faisait office de pouls tandis que ses doigts quittaient son cou pour soulever une paupière. Les veines de l’œil avaient éclatées, pas beau à voir.

Posant sa main sur le torse du mage, la jeune femme cogitait vite. Porter un homme c'était pas le souci, mais il y avait deux prothèses à prendre en compte. Ça la ralentirait pas mal, et elle n'était pas bien sûre de ce qu'il risquait sur le trajet. La magie ne faisait jamais rien comme tout le monde, et le corps de Sylvan pouvait être un bon sang de puzzle à l'intérieur sans qu'elle puisse sans rendre compte...
Et restait encore le gosse. Elle ne pouvait pas le laisser seul évanoui par terre.

Soyo s'approcha d'un pas incertain, contournant le mage inerte. Il n'avait pas trop compris pourquoi il y avait deux humains qui dormaient par terre, mais sa bipède ne semblait pas très contente. Ils avaient fait des bêtises ? Le berger allemand se mit à renifler les cheveux de l'un d'entre eux. C'était la première fois qu'il voyait un humain avec des plumes, c'était rigolo... Se figeant soudain, il recula avec un « woof » surpris. L'emplumé avait bougé !

Le gamin s'était réveillé. Il ouvrait de grands yeux choqués, baladant son regard avant de se figer sur Sylvan. Ingrid retint un soupir de soulagement et alla immédiatement s'accroupir près de Gabriel.
Le fait qu'il ait des ailes la surprit beaucoup moins qu'elle l'aurait cru. Faut dire que c'était pas trop le moment de s'ébahir dessus.
Attendant un instant qu'il reprenne ses esprits, Ingrid prit une inspiration intérieure. Le pauvre risquait de se coltiner un traumatisme, mais l'urgence s'était maintenant inversée. Elle allait avoir besoin de son aide.

La voix calme et basse, elle lui intima doucement :

« Hoy, Gabriel. Regarde-moi. Tu me reconnais ? »

_________________
Carpe Diem (avec du café).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devant la salle de classe [avec Sylvan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Devant la salle de classe [avec Sylvan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RP] La salle de classe
» [Miuna;Yumie][Couloir, devant la salle de classe A-2] Exploration
» Salle d'opération
» Devant la salle commune
» Salle de classe à côté de la bibliothèque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maegisteria :: Bâtiment de cours :: Premier étage :: Sortilèges-
Sauter vers: